Josie Desmarais/Métro Avec L’homme de ses rêves, le diplômé de l’École nationale de l’humour (profil écriture humoristique) Mikaël Archambault propose un canevas de comédie romantique imprégné d’influences cinématographiques.

Parfait pour la Saint-Valentin, L’homme de ses rêves est un premier roman ludique, romantique et humoristique signé Mikaël Archambault.

Qui n’a jamais voulu rencontrer l’homme idéal? Depuis qu’Alice l’a croisé dans ses rêves, elle le cherche dans le monde réel. Et attention si elle le trouve pour de vrai!
«J’ai voulu me moquer des travers des gens qui établissent des critères amoureux précis, note l’auteur en entrevue. L’imperfection, c’est beaucoup plus intéressant. Notre âme sœur est la personne avec laquelle on est le plus capable de vivre en supportant tous ses défauts.»

Originalité : le livre épouse la forme de la chick lit, un style généralement féminin qui a fait ses preuves au Québec (comme en fait foi le succès de Rafaële Germain et autres Valérie Chevalier). «C’était un beau défi de me mettre dans la tête d’une femme, reconnaît celui qui s’est nourri des classiques du genre, passant des écrits de Sophie Kinsella au Théorème du homard. Je l’ai fait lire à ma blonde et à ma mère pour m’assurer que ça fitte. C’était assez proche, mais parfois on me ramenait à l’ordre en me disant: “C’est clairement une pensée de gars; une femme ne penserait ou n’agirait pas comme ça.”»

L’homme de ses rêves est marqué par un humour ravageur, à la fois absurde et ironique. Comme si l’auteur offrait une satire du genre littéraire sans jamais trop se prendre au sérieux. «C’est un canevas de comédie romantique qu’on peut avoir vu ailleurs, mais grâce aux éléments humoristiques, le roman sort des sentiers battus», estime son créateur, qui prête sa plume depuis plusieurs années à des humoristes.

«C’est sûr que ça provoque toujours une certaine surprise lorsque j’annonce que j’écris de la chick lit. Je suis un gars et j’écris généralement pour des humoristes, pour des émissions de télévision comme Piment Fort. Ce qui est assez différent de ce type de roman!» – Mikaël Archambault, l’écrivain derrière L’homme de ses rêves

Mikaël Archambault aimerait également écrire pour le cinéma et cela paraît. Chaque chapitre du roman reprend le titre d’un long métrage, que ce soit Avatar ou Usual Suspects. Le name dropping est fréquent, les personnages attachants renvoient à ceux de Woody Allen, et les séquences oniriques, à Eternal Sunshine of the Spotless Mind. «Je l’ai vraiment écrit comme un film, admet le principal intéressé. C’est très visuel, le rythme est vif et les scènes courtes s’enchaînent rapidement. C’est comme ça que je le voyais dans ma tête.»

Frisquet février

Difficile de trouver un meilleur moment dans l’année pour découvrir L’homme de ses rêves. Non seulement c’est la Saint-Valentin, mais nous sommes également au cœur également d’un hiver qui semble sans fin.

«Il fait tellement froid qu’on a seulement envie d’être sous une couverture et de lire quelque chose de léger, assure son auteur Mikaël Archambault. C’est un livre qui se lit d’une traite, sans se casser la tête.»

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!