Collaboration spéciale Une image tirée de Sucre pimenté.

Oxmo Puccino présente le vidéoclip de la chanson Sucre pimenté.

L’histoire du hip-hop est faite de recyclage, de repiquage, d’emprunts et de plagiats éhontés. Derrière chaque nouveau hit se trouve généralement un rythme, un riff ou une simple mélodie qui évoque chez l’auditeur quelque chose de familier. La batterie de I Got the Big Beat de Billy Squier dans 99 Problems de Jay Z; la ligne de basse d’Every Breath You Take des Police dans I’ll Be Missing You de P. Diddy; celle, tout aussi reconnaissable, d’Under Pressure de Queen et David Bowie dans Ice Ice Baby de Vanilla Ice…

La liste pourrait s’allonger sur des centaines de pages. Les rappeurs n’hésitent même pas à se phagocyter les uns les autres, réécrivant sur les rythmes de leurs prédécesseurs comme le faisaient les poètes grecs sur leurs palimpsestes.

Le rappeur français Oxmo Puccino n’échappe pas à la règle : au cours des dernières années, il a puisé dans le jazz et la soul et il s’est abreuvé, comme ses collègues, à la grande source du hip-hop. C’est pourquoi son plus récent simple, Sucre pimenté, capte tout de suite l’attention.

En regardant le clip de ce premier extrait de l’album Roi sans carrosse, qui paraîtra en septembre, je cherchais la chanson d’où provenait la petite ligne de synthé qui revenait comme une ritournelle entêtante. Je regardais le visage d’Oxmo, filmé sobrement en noir et blanc sur un fond neutre; je scrutais les visages des jeunes gens qui toisent la caméra avec un air de défi, j’admirais leurs prouesses de breakdance sans trouver de réponse. Ce n’est qu’à la quatrième écoute que j’ai identifié ce «déjà-ouï» : Oxmo s’était rendu jusqu’au sommet de la chaîne alimentaire pour emprunter à Jay-Z un morceau de 99 Problems! Vulgaire récupération? Que non! Réinvention, plutôt…

Le décompte MusiquePlus
Samedi à 15 h

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!