Collaboration spéciale Josh Hartnett incarne le journaliste d’enquête Victor Malarek, né à Lachine, dans Gut Instinct, qui sera à l’affiche l’an prochain.

Josh Hartnett vient de terminer le tournage de Gut Instinct, le nouveau film de Daniel Roby qui met également en vedette Antoine Olivier Pilon.

Laval, l’après-midi. La température qui oscille entre soleil radieux et légères bourrasques est parfaite pour notre rencontre avec l’acteur américain.

Josh Hartnett, immense vedette au tournant du siècle grâce notamment à Pearl Harbor et à Black Hawk Down, s’est fait discret dernièrement, apparaissant dans des productions anonymes, à l’exception du délicieux Oh Lucy!. La rumeur court qu’il se serait retiré volontairement de Hollywood en rejetant le star-système.

Quoi qu’il en soit, c’est un homme affable et doté d’un sens de l’humour imparable qui se présente devant la presse. Sobrement coiffé, il ressemble davantage, avec sa petite moustache, sa chemise bleue et sa cravate brune, à un vendeur d’assurances qu’au jeune premier de 40 Days and 40 Nights.

Dans Gut Instinct, tiré d’un fait vécu, le quasi-quadragénaire incarne le journaliste Victor Malarek, un ancien du Globe & Mail. Ce dernier enquête sur le sort d’un Québécois (Alain Olivier dans la réalité) emprisonné pendant huit ans en Thaïlande à la suite d’une enquête ratée de la Gendarmerie royale du Canada.

«Aux États-Unis, ça arrive continuellement, lance celui qui a déjà tourné au Québec dans Wicker Park et Lucky Number Slevin. Mais je ne savais pas que c’était le cas au Canada aussi.»

Il n’est pas le seul. Daniel Roby est lui aussi tombé des nues lorsqu’il a pris connaissance de cette histoire en 2007. Depuis, il tente de la raconter au cinéma. Le succès colossal de son Louis Cyr en 2013 ne lui a toutefois pas permis de recueillir plus rapidement le budget, évalué à 7,2M$. Le projet a finalement débloqué en 2018. Disposant de 42 jours de tournage, le cinéaste derrière Funkytown a pu s’envoler pour Bangkok et pour la Colombie-Britannique avec son équipe. Son récit, qui prendra la forme d’une enquête, sera séparé en trois points de vue comme dans le Traffic de Steven Soderbergh, suivant ainsi le reporter, le pouvoir policier et le jeune homme incarcéré.

«Dans les sociétés occidentales, on ne se rend pas compte de notre fragilité. On se pense en sécurité, mais comme simple citoyen, tu es un peu laissé à toi-même. Heureusement qu’il y a la liberté de presse pour s’assurer que les choses soient sues!» -Daniel Roby, réalisateur de Gut Instinct

Celui-ci est campé par Antoine Olivier Pilon, qui quitte le monde de l’adolescence pour finalement incarner un personnage adulte. «Ça fait du bien d’explorer des zones un peu plus sombres», avoue la vedette de Mommy, 1:54 et Junior majeur.

La scène tournée lors de notre passage le montre escorté par deux hommes, passant devant des membres du quatrième pouvoir. Sur le plateau de tournage se trouve le véritable Alain Olivier, trop heureux d’immortaliser le moment présent en prenant des photos.

«C’est très spécial ce qui arrive, confie-t-il. Grâce à ce film, la vérité pourra enfin être connue. Si ça peut susciter une enquête publique, tant mieux.»

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!