crédit Séville Audrey Tautou dans La délicatesse

Cette semaine, on craque pour… L’orphelinat, La délicatesse, La faim du monde 3.0, Cabin Porn, No 2 de Bernard Adamus, les meilleurs vins de 10 à 30 $ édition 2013 et Hot Cakes.

Et on se désole pour… les tounes qu’on fait tourner jusqu’à plus soif.

1. L’orphelinat
On aime le tonus de L’orphelinat, un court recueil autobiographique écrit par Richard Bergeron. Le chef du parti Projet Montréal y raconte ses années d’enfance à l’orphelinat. Écrit de façon fluide et vivante, le livre relate notamment ses tactiques pour devenir le chouchou des religieuses et monter en grade. Le recueil est touchant et permet de comprendre d’où viennent les cicatrices et la volubilité du politicien montréalais. Mais un certain malaise nous gagne petit à petit : pourquoi donc a t-il écrit et publié ce livre intime? Si c’est pour le côté curatif, on applaudit. Si c’est pour se faire du capital politique, on désapprouve! (Mathias Marchal)
En librairie dès vendredi, aux Éditions Del Busso
2. La délicatesse
Il y a quelque chose d’infiniment touchant dans cette adaptation cinématographique du roman de David Foenkinos par lui et Stéphane Foenkinos. Nathalie (Audrey Tautou) perd son mari qu’elle aime à la folie dans un accident et s’enferme dans le travail jusqu’au jour où elle rencontre Markus (François Damiens), pas spécialement beau, un peu étrange, mais ô combien attachant au final. On aime le romantisme assumé qui se dégage de l’ensemble, le couple atypique que forment Tautou et Damiens, et les répliques aussi savoureuses que surprenantes comme : «J’adore vos cheveux, je pourrais partir en vacances dans vos cheveux.» Cyniques s’abstenir…(Jessica Émond-Ferrat)
La délicatesse, présentement en DVD.
3. La faim du monde 3.0
Aaaah! Bob le Chef! Livre de recettes après livre de recettes, on continue à adorer son anarchie culinaire et ses conseils pour se préparer de bons petits plats pas chers et pas compliqués. Que ce soit pour une pâte à pizza aux pois chiches (!) ou pour la recette d’«un vrai fish and chips» avec «de vraies bonnes frites», quiconque aura en sa possession ce livre n’aura aucune excuse pour ne pas se servir de ses chaudrons! (Jessica Émond-Ferrat)
Aux éditions La Presse, présentement en librairie
4. Cabin Porn
Non, Cabin Porn n’est pas un site où on peut observer des gens en train de copuler dans une cabane dans le bois! C’est plutôt une page Tumblr où on peut admirer de magnifiques photographies de cabanes en bois rond. Dit comme ça, ç’a l’air plate, mais les images sont vraiment magnifiques et souvent très originales, cocasses ou insolites. C’est très hipster comme concept et ça fait fureur sur la toile depuis quelques mois. Allez donc tout de suite  vous rincer l’œil!. (Rachelle McDuff)
Cabin Porn
5. No 2 de Bernard Adamus
Enfin! On attendait avec impatience que notre grand bonhomme à la casquette brune revienne à la charge. Ne vous inquiétez pas, Bernie ne s’est pas assagi. Il a toujours la voix aussi éraillée et la plume aussi acérée. Ce deuxième opus comporte un peu moins de refrains mélodieux, et plus de textes parlés. No 2 est un album très personnel, où on se plaît à (re)découvrir l’entourage d’Adamus et les dessous de la tournée. On ne se tanne pas d’écouter des pièces comme 2176, une belle ode à l’amitié, et Arrange-toi avec ça, une toune colérique et entraînante à la fois. Sans oublier les deux versions de Ouais ben, qui ne sont pas sans rappeler un certain Bol de toilette…. (Camille Laurin-Desjardins)
No 2 de Bernard Adamus, présentement en magasin
6. Les meilleurs vins de 10 à 30 $ édition 2013
Parce qu’on n’a pas tous les moyens de se payer des grands crus chaque semaine, ce guide de Jean-Louis Doucet se révèle fort utile pour s’y retrouver quand vient le temps de passer à la SAQ et de se choisir un petit vin de semaine à moins de 15 $, ou encore une bonne bouteille pour les occasions spéciales, mais qui ne dépassera pas la trentaine de dollars. Accords mets-vins, notes et descriptions sont évidemment inclus. Pas mal du tout comme bouquin à avoir sous la main quand on veut dénicher de petits bijoux sans se ruiner. (Jessica Émond-Ferrat)
Éditions Quintin Michel, présentement en librairie.
7. Hot Cakes
Après un long hiatus, The Darkness, ce fabuleux groupe de rockeurs qui se moquent du rock, nous revient avec Hot Cakes. Un album volontairement débile présenté dans une magnifique pochette illustrant des crêpes recouvertes de filles, elles-mêmes recouvertes de sirop. Sweet Jesus! Si ce n’est pas la plus belle chose que vous avez vue de votre vie, ça? Ajoutez à cela des textes marrants chantés par le toujours sémillant Justin Hawkins ainsi qu’une reprise métal crampante du Street Spirit (Fade Out) de Radiohead et vous avez là tout ce qu’il faut pour égayer une grise journée. (Natalia Wysocka)
Le site officiel de The Darkness

MÉTRO EN ENFER

Les tounes qu’on fait tourner jusqu’à plus soif

Dans la vie, tout est question de goût, mais si on devait choisir entre s’enfoncer des mines de crayon dans la paume de la main et écouter Somebody I Used to Know, je crois bien qu’on opterait pour la première option. Déjà qu’on ne tripait pas sur la chanson de Gotye au départ, imaginez à quel point on ne tripe plus du tout maintenant qu’elle joue dans tous les bars, toutes les boutiques… partout! Ça commence dangereusement à ressembler à l’épidémie You’re Beautiful qui avait pris d’assaut la planète en 2006. Sauf que ce n’est pas la voix de James Blunt qui repasse sans arrêt sur les ondes, mais plutôt celles de Gotye et de Kimbra, précédées du terrorisant «tou, tou, tou, tou, tou» du  xylophone. Non, pitié, pas le xylophone…! (Natalia Wysocka)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!