Getty Images for HBO Yvonne Orji

Yvonne Orji s’est fait connaître grâce au rôle de Molly Carter, la meilleure amie d’Issa Rae dans la série à succès de HBO Insecure. Mais le temps est venu pour l’actrice de se faire une place encore plus grande dans l’industrie avec son nouveau film Night School, alors qu’elle joue aux côtés de deux gros noms à Hollywood : Kevin Hart et Tiffany Haddish.

Parmi les personnes qui l’ont poussée à se lancer en humour, Yvonne Orji cite notamment Chris Rock, Eddie Murphy, Wanda Sykes et Steve Carell. Elle mentionne aussi les actrices Regina King et Angela Bassett pour leur longévité dans le métier.

«Je ne sais pas combien de temps il me reste dans cette industrie, mais j’aimerais être capable de durer», explique la femme de 34 ans.

Métro a discuté avec l’actrice, dont les deux parents sont originaires du Nigeria.

Vous étudiiez à la maîtrise en santé publique quand vous avez décidé de devenir
humoriste et actrice…

Je n’avais aucune idée de la manière dont j’allais m’y prendre. J’avais des tonnes de dettes d’études, mais je me disais que c’était quelque chose que je devais faire. J’ai été élevée par des immigrants, et on m’a appris à ne jamais accepter un «non». Et si j’échouais, je laissais tomber un pays au complet, un pays qui me soutient et qui a tant sacrifié pour que je puisse m’installer aux États-Unis! Ma mère n’a pas échoué quand elle a obtenu son diplôme d’infirmière après s’être établie ici avec quatre enfants et un emploi à temps plein. Je n’avais pas d’excuses!

Votre volonté de réussir ressemble beaucoup à celle du personnage de Molly dans Insecure. Avez-vous remarqué ces similitudes à la lecture du scénario?

Absolument. Une des caractéristiques importantes du personnage est sa capacité d’être à l’aise tant dans le milieu de la «business» que dans un environnement plus relaxant. J’ai fait partie du milieu des affaires. J’ai travaillé pour un organisme à but non lucratif après avoir obtenu mon diplôme, et ensuite j’ai travaillé au Liberia. Je savais ce que c’était d’être la seule personne de couleur à travailler dans un organisme qui aide beaucoup de personnes de couleur. On a beau vouloir réaliser les objectifs auxquels on aspire, il y aura nécessairement des obstacles en chemin. Molly ne peut pas échapper au fait qu’elle est noire. Comment faire valoir ce qu’on est dans ces conditions? C’est une chose que j’ai vécue non seulement dans le monde du divertissement, mais aux États-Unis en général.

Un des problèmes que rencontre Molly cette saison était de trouver sa voix dans un nouveau cabinet d’avocats. Vous êtes en vedette dans le nouveau film Night School en compagnie de Kevin Hart et de Tiffany Haddish. Comment faire entendre votre voix lorsque vous travaillez aux côtés de deux des humoristes les populaires dans le monde?

C’est là que Molly et moi sommes différentes. Molly veut trouver sa voix à tout prix. Moi, je me demande plutôt quelle voix devrait être la plus forte en ce moment et comment je me situe par rapport à elle. Parfois, ce n’est pas la parole la plus forte qui est la plus écoutée. C’est parfois celle qui est en sourdine ou qui est entendue lorsque les grandes gueules se crient après. Pour moi, Night School, c’était un apprentissage. Je savais qui étaient les vedettes et de qui le film était le véhicule. Je sais ce que je peux apporter à la table et, pour l’instant, je n’ai pas à être autre chose que ce pour quoi on m’a embauchée. Je crois que Molly a de la difficulté à comprendre cela. Elle veut absolument briller. Parfois, ce n’est pas parce que les projecteurs ne sont pas sur vous que vous ne brillez pas.

Night School 

Présentement en salle

Insecure

Offerte sur HBO Canada

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!