Collaboration spéciale Benoît Poelvoorde incarne le commissaire Buron dans Au poste!.

Lorsque Quentin Dupieux ne fait pas de musique sous le nom de Mr. Oizo, il tourne des films complètement délirants comme Au poste!.

Depuis le début du millénaire, Quentin Dupieux est devenu l’héritier de Luis Buñuel et de Bertrand Blier. Un cinéaste offrant des comédies étranges et disjonctées qui mystifient à la fois le public et les critiques.

«Dans mes films, j’aime bien que tout ne soit pas clair, expliqué ou explicable, racontait le metteur en scène lors de son récent passage à Montréal. Ça entraîne toujours des questions, parce que les gens sont en quête de sens. Je me permets des choix irrationnels et, forcément, ça fait travailler leur imagination ou leur cerveau et ils intellectualisent.»

Pour son nouveau long métrage, le créateur du pneu tueur Rubber offre non seulement une parodie du film policier à la Garde à vue (où un commissaire incarné par Benoît Poelvoorde tente de soutirer les vers du nez d’un suspect), mais également une satire du cinéma français en général avec cette horde de dialogues hilarants et de descriptions du quotidien.

«Après quatre films en anglais, j’avais envie de retrouver mon sens du dialogue en français», avoue le réalisateur et scénariste.

Pas question pour autant de retomber les deux pieds sur terre. Alors que les personnages passent leur temps à parler sans s’écouter et que le public doit constamment garder l’œil ouvert, le maître de l’absurde s’amuse de nouveau à jouer avec les notions de vrai et de faux, à jongler avec cette temporalité et ces mises en abyme dont il est seul à connaître le secret.

«Il y a un truc qui ne m’intéresse pas au cinéma : c’est la vraie vie, admet Quentin Dupieux. Les films qui me plaisent sont ceux qui me décollent de la réalité. Je m’inspire directement de mon vécu immédiat et je finis par le transformer.»

Et qu’est-ce qui peut le faire rire? «Le duo  d’humoristes Tim and Eric, répond-t-il du tac au tac. C’est à peu près tout à notre époque. Je me marre très peu au cinéma. Et je ne regarde pas de séries, car ça m’embête.»

Les stars débarquent
Alain Chabat (Réalité), Benoît Poelvoorde (Au poste!) et prochainement Jean Dujardin (Le daim) : les comiques connus s’invitent de plus en plus dans les univers décalés de Quentin Dupieux.

«Ils le font pour changer de monde, évoque le réalisateur. Ils peuvent être complètement en contrôle de leur image, mais quand ils viennent chez moi, c’est pour les bonnes raisons. Ce sont des gens formidables qui se sont abandonnés à mon cinéma, qui me font confiance et qui jouent le jeu. Ils viennent s’amuser chez moi.»

Au poste! est à l’affiche vendredi.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!