Extrait du film 5 Broken Cameras

Cette semaine, on craque pour… 5 Broken Cameras, Le Père Noël est une ordure, le premier disque de Mardi noir, Les lisières, la liste de Noël de Pouler Neige, Ted et Le dictionnaire de la révolte étudiante.

Et on se désole pour… la brosse à dent One Direction.

1. 5 Broken Cameras
Quand le fermier palestinien Emad Burnat achète sa première caméra vidéo en 2005, c’est pour filmer la naissance de son fils Gibreel. Cette naissance coincide avec la construction d’une colonie juive et d’un mur de séparation qui empiètent sur les terres des habitants de son village de Bil’in. S’ensuit un mouvement de résistance pacifique des villageois qu’Émad Burnat documentera pendant sept ans. Sept ans pendant lesquels il filme les villageois tombant sous les balles des militaires et les nombreuses brimades du quotidien qui forgent la haine jusque chez son propre fils de quatre ans, qui lui demande : «Papa, pourquoi mon oncle est-il mort ? Pourquoi tu ne tues pas les soldats?» Un film qui nous a ému aux larmes. À l’affiche au Cinéma du Parc. Pour voir la bande-annonce de 5 Brokens Cameras. (Mathias Marshal)
2. Le Père Noël est une ordure
Assez risqué de reprendre une pièce-culte comme Le père Noël est une ordure, puisque les fans ont encore en mémoire les performances et les répliques immortelles des Thierry Lhermitte, Josianne Balasko et Gérard Jugnot. Mais la bande de [la compagnie] a réussi avec brio à offrir une version demeurant fidèle à l’esprit sans pour autant tomber dans la caricature. Cela est beaucoup dû au grand talent des comédiens (on a un faible particulier pour Michel-Maxime Legault, qui interprète Pierre, mais chacun des acteurs nous a fait rigoler plus souvent qu’à son tour), et à l’ambiance douce-amère, à la fois drôle et touchante, qui se dégage de l’ensemble. Au MainLine Theatre, jusqu’au 22 décembre (Jessica Émond-Ferrat)
3. Le premier disque de Mardi noir
Bon son, textes forts, mélodies accrocheuses, passes de guit solides… Mmm, oui, on aime ce Grand réveil. Signé Mardi Noir, une nouvelle formation qui s’annonce d’emblée comme une valeur sûre grâce à son line-up de routiers (Max Villeneuve, Nicotine et amis), ce vinyle qu’on fait tourner beaucoup, beaucoup depuis sa sortie se retrouvera assurément bien haut dans notre top des disques de 2012! Et dire qu’il y en a qui se plaignent que ça manque de rock par les temps qui courent. Pffft. Offert en 33 tours ou en numérique sur bandcamp (Natalia Wysocka)
4. Les Lisières
À l’inverse d’un Beigbeder qui dépeint les déboires des gens branchés évoluant dans un Paris trendy, l’écrivain français Olivier Adam sonde le quotidien des laissés-pour-compte vivant en marge de tout ce qui est in. Plusieurs de ses livres ont d’ailleurs fait d’excellents films, comme Je vais bien, ne t’en fais pas. Dans Les lisières, l’auteur met en scène un autre auteur, qu’on devine être son double. Sa femme l’a lâché, fatiguée de ses «absences». Sa mère est malade, son père est perdu, son frère, comme toujours, lui fait des remontrances. Dans ce climat de déprime, l’homme revient sur les traces de son enfance, dans sa banlieue qu’il a toujours fuie, détestée. Il y revoit d’anciens copains, qui peinent à joindre les deux bouts, et renoue avec l’amour de sa jeunesse, coincée dans une maison à attendre un mari qu’elle n’aime pas. C’est beau, même si, par moments, la vision négative du protagoniste déprime le lecteur à son tour. On aime toutefois quand il décrit la tendresse qu’il  porte à ses enfants, les moments où il se fait héroïque et se bat avec le prétendant de son ex, et tous ces instants lumineux, inspirés. En libraire aux éditions Flammarion (Natalia Wysocka)
5. La liste de Noël de Poulet Neige
Pour une troisième année, l’étiquette de disque indépendante Poulet Neige offre aux gens de se rendre sur son site web afin de choisir parmi les albums de la centaine d’artistes québécois participants ceux qui piquent leur curiosité. En échange de son adresse courriel, on peut donc recevoir gratuitement les disques en version numérique de musiciens ou de groupes aussi variés que Random Recipe, Monogrenade, Lac Estion, aRTIST oF tHE yEAR, Cheesecake Ninja, Hljómsveitin Ég, Klô Pelgag, et on en passe. Une occasion géniale de faire des découvertes, et franchement, un sacré beau cadeau de Noël pour les mélomanes. listedenoel.info (Jessica Émond-Ferrat)
6. Ted
Ted commence comme un conte de Noël plein de magie, mais tombe rapidement dans un humour… à la Family Guy. Pas étonnant, puisqu’il s’agit du premier long métrage de Seth MacFarlane, le créateur de l’irrévérencieux dessin animé qui n’a rien perdu de son mordant en passant au grand écran. Ted est un ourson tout ce qu’il y a de mignon, mais il est animé d’une vie propre à la suite d’un vœu de «son meilleur ami» quand il était jeune (Mark Walhberg, une fois adulte). On rit aux éclats à plusieurs reprises grâce à une galerie de personnages plus fous les uns que les autres, avec en tête l’ourson Ted (voix de Seth MacFarlane) et la famille disjonctée formée d’un père dérangé (Giovanni Ribisi) et de son fils, un inquiétant garçon rondouillard trop gâté. Ted, présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)
7. Le dictionnaire de la révolte étudiante
Vous avez le goût de vous remémorer le printemps érable? Procurez-vous le Dictionnaire de la révolte étudiante, qui explique, sous la plume d’artistes, d’étudiants, d’intellectuels, de journalistes ou de professeurs, le mouvement étudiant en 118 mots. Attention, les définitions des mots qui ont fait partie du vocabulaire québécois pendant plusieurs mois ne sont pas objectives. Ce sont plutôt des chroniques d’acteurs, de témoins ou d’analystes des événements de ce printemps. On y trouve, par exemple, le mot plutôt rigolo «Martinade», un néologisme qui fait référence au chroniqueur Richard Martineau et qui signifie «une pensée de très courte amplitude qui fait passer la boutade pour de l’esprit critique». En librairie Aux éditions Tête première (Rachelle McDuff)

MÉTRO EN ENFER

La brosse à dent One Direction
Non mais, pourrait-on arrêter d’inventer des niaiseries? On salue la volonté d’encourager les jeunes à avoir une bonne hygiène dentaire, mais come on, une brosse à dents musicale de One Direction? Non! Jusqu’où va-t-on aller dans la production de produits dérivés pour faire de l’argent, sérieusement? Vous voulez encourager l’industrie de la musique? Vous voulez entendre What Makes You Beautiful et One Thing et avoir les dents propres? Achetez-vous le CD et brossez-vous les dents! (Rachelle McDuff)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!