funfilm Pierre-Luc Brillant et Micheline Bernard

Avec La mise à l’aveugle, son deuxième long métrage, Simon Galiero utilise le jeu de hasard – le poker, plus précisément – comme toile de fond pour illustrer les relations tordues entre mère et fils, amoureux, amants, ex-époux… Un chassé-croisé de liens qui se défont et se refont, défendu par des comédiens qu’on a, pour la plupart, peu souvent vus au cinéma. Métro a discuté avec le jeune cinéaste.

Le personnage principal de La mise à l’aveugle, le deuxième long métrage de Simon Galiero – à qui on doit aussi Nuages sur la ville –, est une femme quinquagénaire et retraitée. Une réalité qui est bien loin de celle du jeune cinéaste au début de la trentaine, à la carrière florissante. Un point commun entre les deux : le poker, jeu que Simon Galiero connaît bien et que le personnage de Denise, pour sa part, découvre au contact de ses nouveaux voisins lorsqu’elle retourne dans le quartier populaire d’où elle vient après avoir pris sa retraite de la compagnie prospère qu’elle menait avec son ex-mari. Par le biais du jeu, c’est un film sur les relations que propose le cinéaste : Denise défait peu à peu les liens avec son mari, son fils, son milieu de travail, et des liens d’interdépendance se créent entre ses nouveaux voisins et elle.

«J’ai joué un peu au poker et j’ai trouvé que c’était un jeu inspirant pour évoquer tout ça, explique Simon Galiero. Et souvent, je voyais des femmes dans la cinquantaine qui venaient jouer les soirs de semaine, qui n’avaient l’air de rien comme ça, mais qui plantaient tout le monde. On finit la partie, on est quatre ou cinq à la table, et la dame est là, ne dit rien, et elle plume tout le monde. C’est le genre de personnage qui me fascinait.»

Denise, interprétée par Micheline Bernard, est ainsi l’incarnation de la poker face. Ce qui représente une difficulté particulière, fait remarquer le cinéaste : «Ce qui est compliqué – et c’est là que Micheline a fait une job incroyable – c’est que c’est un personnage qui se cache beaucoup, mais en même temps, il faut qu’on reçoive quelque chose… Sa principale caractéristique, c’est de dissimuler. Mais c’était tout de même important qu’elle réussisse à être touchante pour le spectateur, assez pour qu’on s’intéresse à elle. Micheline Bernard a réussi à jouer ce rôle tout en subtilité.»

Si on a souvent vu cette dernière au théâtre et à la télévision (les jeunes adultes se souviennent certainement encore de Jocelyne, qu’elle incarnait dans Radio Enfer), son visage n’a pas été souvent aperçu au grand écran. Il en va d’ailleurs de même pour d’autres comédiens de la distribution, comme Louis Sincennes, ou les acteurs de la relève Marc Fournier et Christine Beaulieu.

«Ça fait plaisir de faire travailler des acteurs de la relève, bien sûr, explique le réalisateur. Mais c’est surtout l’fun de voir un bon comédien qui n’est pas surutilisé au cinéma et qui va être une surprise quand les gens vont voir mon film. Ils vont voir un personnage et non l’acteur derrière.»

Le talent des comédiens était par ailleurs essentiel pour que les spectateurs soient en mesure de bien saisir le film, croit Galiero, puisque pour lui, pas question de tout donner tout cuit dans le bec au public. «Un bon dialogue au cinéma, à mon avis, c’est un dialogue qui ne dit rien et qui révèle le personnage d’une autre façon, explique-t-il. Dans mon film, les personnages ne sont jamais vraiment définis de façon explicite. Je ne voulais pas faire de psychologie. Ce qui m’intéressait, c’était davantage les affects, les échanges que les personnages avaient entre eux. Ils ne se disent pas d’où vient leur malheur précisément. J’aurais trouvé moins intéressant de psychanalyser les personnages que de les mettre dans des situations de la vie quotidienne, au cours desquelles on finit par comprendre leur désarroi.»

Qui est qui
Outre Denise (Micheline Bernard), les principaux personnages de La mise à l’aveugle :

  • Alex (Pierre-Luc Brillant). Fils de Denise, qui mène la compagnie depuis la retraite de celle-ci et qui méprise ouvertement sa mère.
  • Michel (Julien Poulin). Ex de Denise, qui ne la respecte pas non plus et avec qui elle a mené la compagnie avant sa retraite.
  • Éric (Marc Fournier) et Paul (Louis Sincenne). Voisins de Denise, qui l’initieront au monde du poker.
  • Julie (Christine Beaulieu). Copine d’Éric et maîtresse de Paul, lequel aura également une aventure avec Denise.

La mise à l’aveugle
En salle dès vendredi

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!