Tami

Chez Tami beauté des ongles, les clients confient leurs pieds aux bons soins d’une armée de petits poissons.

Comment fonctionne la pédicure par des poissons?
Vous mettez vos pieds dans l’aquarium, et les poissons mangent les peaux superficielles de vos pieds. Ils commencent par les talons, puis se promènent d’un pied à l’autre. Je dois préciser qu’ils n’ont pas de dents!

D’où vient cette pratique?
D’Asie. Là-bas, c’est très populaire. En Turquie, les gens se baignent dans des piscines remplies de poissons pour soigner leur corps. Des études disent que leur salive contient une substance qui a des effets thérapeutiques pour soulager et guérir le psoriasis. Il y a même des Européens qui vont en Turquie pour faire des séjours de cure.

Pourriez-vous guérir le pied d’athlète?
Non! Ici, j’inspecte minutieusement les pieds des clients pour m’assurer qu’ils n’ont pas de maladies ou de plaies, même de petites gales. On nettoie aussi les pieds avant de les mettre dans l’aquarium.

Vous êtes la première à offrir ce service au Québec. Où avez-vous entendu parler de ça?
Sur l’internet. J’ai vu ça il y a quatre ans, et je me suis dit que ça pourrait être bon pour mes clients. Je me suis donc mise à faire des recherches plus poussées.

Quelle est la réaction des clients qui essaient ça?
Souvent, ça les chatouille; j’en ai même vu crier! Mais après la sensation de chatouillement, ça fait comme un massage. Les clients me disent que ça n’enlève pas juste les peaux mortes, ça enlève aussi le stress.

Quels poissons utilisez-vous?
Des poissons Garra Rufa. Ils viennent de Turquie, mais j’ai usé de mes contacts pour les faire venir de Corée du Sud. Ça fait trois ans qu’on les a. Il y a donc des bébés qui sont nés au Canada. On en a une centaine.

Est-ce que vous devez les affamer pour qu’ils fassent du «bon travail»?
J’essaie d’espacer les clients pour les laisser digérer, parce que je constate qu’ils ont parfois l’air fatigués d’avoir trop mangé. On limite les visites à six clients par aquarium par jour. Sinon, ils mangeraient sans arrêt.

Les reconnaissez-vous entre eux?
Non! Parfois, je les trouve mignons. Quand j’ouvre la boutique le matin, ils sont tout excités de me voir, et quand je passe près de l’aquarium, ils me suivent.

Le site officiel du magazine Urbania.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus