Collaboration spéciale Madeon

Grâce à ses chansons diffusées sur MTV, au jeu vidéo FIFA 13 et à YouTube, le jeune DJ Madeon compte des millions de fans. Est-ce qu’il compte aussi des millions de dollars? «J’ai acheté mon premier yacht grâce à mon premier hit, dit-il. Mais non, je blague!»

Madeon, jeune homme de 19 ans, a commencé sa carrière à 10 ans. Aujourd’hui, ce prodige de la musique dance électronique (dont le vrai nom est Hugo Leclercq, natif de Nantes, en France) est un vétéran. Métro s’est entretenu avec le DJ pour savoir comment il a réussi à faire sa marque si jeune. Ses réponses pourraient bien être aussi inspirantes que ses formidables chansons.

Comment est né votre amour pour la musique dance électronique (EDM)?
J’ai commencé à m’intéresser à la musique électronique bien avant qu’elle soit commercialisée comme de l’EDM. Étant Français, je l’ai découverte de façon assez naturelle en voyant Daft Punk à la télé, ainsi que des productions plus commerciales. J’ai tout de suite su que c’était un son qui était différent de tout ce que j’avais entendu jusque-là et je voulais en entendre plus.

Avez-vous tout de suite voulu devenir musicien?
C’est vers 10 ou 11 ans que l’idée de faire de la musique m’a intéressé pour la première fois. J’ai commencé par m’enregistrer en train de faire des sons avec une cuillère; j’essayais de produire des sons en boucle et des bruits. Mais ce n’est que vers 16 ans que j’ai commencé à faire le DJ et à donner des spectacles.

Pop Culture, votre premier succès sur YouTube, est non seulement extraordinaire parce que vous y échantillonnez de nombreuses pièces, dont certaines de Daft Punk, mais aussi parce qu’on vous voit le faire. Vous souvenez-vous du moment où vous avez compris que ça ferait un tabac?
Je passais les vacances d’été avec mes parents. Là où nous étions, nous n’avions pas de connexion internet, donc nous nous contentions d’aller régulièrement en ligne sur mon téléphone pour voir à combien était le nombre de clics. Je pouvais constater que tout se passait bien, alors j’étais content. Je crois qu’à la fin des vacances, la vidéo avait été vue quelques millions de fois.

La plupart des jeunes de votre âge n’occupent même pas un emploi à temps plein. Qu’est-ce que cela vous fait de travailler autant?
La façon dont j’ai approché la question est simple : je voulais en apprendre le plus possible sur la production et la composition, et ce, afin de m’assurer qu’à 18 ans, je disposerais des outils nécessaires pour faire carrière. J’ai arrêté l’école un peu plus tôt et j’ai commencé à faire de la musique de manière plus sérieuse. Cela a toujours été mon souhait.

Qu’avez-vous acheté quand vous avez reçu votre premier chèque?
Il y avait des concours de remix, et dans l’un d’eux, le prix était une somme de 500 $. Comme je n’avais pas un sou, j’y ai participé et j’ai gagné. Je me suis servi de l’argent pour m’acheter un clavier vraiment chouette. Mais, de manière générale, je ne suis pas très dépensier. Évidemment, il y a l’avion, et la routine et le reste, mais les choses dans mon studio sont assez modestes. J’utilise les mêmes haut-parleurs depuis toujours. Et je me sers toujours du clavier que j’ai acheté après avoir gagné ce concours.

Quel est le premier objet de luxe que vous vous soyez offert?
J’ai acheté mon premier yacht grâce à mon premier hit. Mais non, je blague! C’était un iPhone, je crois. Je me balade partout avec, en écoutant sans cesse toute ma collection musicale en lecture aléatoire. En ce moment, j’ai 6 000 chansons sur mon iPhone, et il m’en manque beaucoup.

Qu’est-ce que ça vous a fait de vous produire en tant que DJ aux European Music Awards de MTV, avec Taylor Swift dans l’assistance?
Au début, j’étais un peu méfiant. Je voulais savoir exactement ce que je ferais, et on m’a répondu : «Eh bien, il va y avoir quelques trous durant le spectacle où tu pourras jouer ce que tu veux. Et il y aura 10 millions de téléspectateurs.» Je me suis dit que ça allait être sympa. J’ai donc préparé une liste de chansons que j’aime beaucoup. J’ai mis un peu d’électro française, quelques pièces du DJ canadien A-Trak, beaucoup de mes compositions – bref, un mélange de trucs de différents styles. Ç’a été un spectacle amusant!

Qu’est-ce que ça fait d’avoir une de ses chansons sur la bande sonore de FIFA 13?
Certaines chansons sont devenues vraiment populaires après avoir figuré dans ce jeu. La pièce Song 2, du groupe Blur, a été un succès énorme aux États-Unis. C’est formidable. Quand le jeu a été lancé, j’ai trouvé que c’était bizarre parce que ce n’est pas une chanson dance habituelle. Le rythme est étrange. Elle dégage quelque chose de différent de tout le reste.

Selon Forbes, l’artiste d’EDM le plus populaire en ce moment est Tiësto, qui rapporte des millions chaque année. Avez-vous joint ce club?
Êtes-vous en train de me regarder bien en face et de me demander si j’ai fait 1 M$? Vous avez du culot! Je n’ai aucune idée de l’état de mes finances. Tout ce que je sais, c’est que je gagne ma vie, ce qui me permet de ne pas vivre dans la rue. Je dépense beaucoup d’argent pour organiser de bons spectacles. La scène musicale est dynamique, et elle est aussi rentable. Je m’assure de pouvoir réaliser des trucs chouettes et non d’acheter de jolies voitures.

À écouter

  • Pop Culture. La vidéo de cette pièce composée de nombreux échantillonnages a été diffusée sur YouTube et a lancé Madeon : elle a été vue plus de 19 millions de fois à ce jour.
  • The City. Il s’agit de la piste de référence de son EP, et celle sur laquelle vous avez déjà joggé (ou devriez le faire). «There is a plaaaaaaacccce in the distance…»
  • Finale. Preuve que Madeon a réussi à s’imposer : l’une de ses chansons figure sur la bande sonore du jeu FIFA 13.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!