Les gars de Kasabian ont offert une belle leçon de brit-rock mercredi soir.

Kasabian a offert une performance musclée au Corona mercredi. Et non, personne ne fait ça comme les British.

Le hot ticket d’hier soir, ou le billet chaud, comme on dit, c’était Kasabian au Corona. Devant une salle complètement sold out, les hippies-rockeurs de Leicester ont livré avec tonus leurs compos évoquant les années 1970. Accompagné de sa bande, le chanteur Tom Meighan, verres fumés sur le nez et veste de jeans sur le dos, a parti la soirée avec Days Are Forgotten, tirée du dernier disque signé Kasabian, soit Velociraptor!.

Même s’il n’a pas la fluidité pelvienne d’un Mick Jagger, Tom s’est tout de même laissé aller à maints mouvements de danse au cours de la soirée, visiblement ravi de l’accueil que lui ont réservé les fidèles montréalais. «Mon-tré-al!!! Putain! Vous êtes magnifiques!» s’est-il exclamé à plusieurs reprises en applaudissant les amateurs.

Au menu, Kasabian nous a servi le «vieux succès» Shoot the Runner, tiré de l’album Empire. Plusieurs hits de l’adoré West Ryder Pauper Lunatic Asylum ont suivi, au grand plaisir des fans. Underdog a été particulièrement bien accueillie, et les éclairages toniques, virant du violet au jaune, qui l’ont accompagnée lui ont donné toute sa puissance. Tom s’est également demandé : «Mais où est parti tout l’amour?» ou plutôt Where Did All the Love Go?

Lorsque nous avons dû quitter la salle pour cause d’heure de tombée, les garçons venaient d’interpréter Thick as Thieves, le fort énergique et comique guitariste Sergio Pizzorno ayant troqué sa guit électrique pour une acoustique. Petit clin d’œil marrant, ils ont peu à peu fait basculer la pièce vers le When You’re Strange des Doors, à laquelle Thick as Thieves ressemble étrangement. Ouaip, une bonne soirée de rock britannique comme on les aime…

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!