Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Jay Jay Johanson, Lisbonne Télégramme, Mika et Saratoga.

Heureux mélange
Jay Jay Johanson
Opium
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Difficile de trouver le qualificatif juste pour définir ce caméléon de Jay-Jay Johanson. Sa voix chaude a tout pour faire de lui un crooner, mais voilà qu’il nous désarçonne avec des notes pianotées avec gravité et des tribulations trip-hop, en passant par de petits clins d’œil jazz. Après la douce mélodie d’harmonica sur Drowsy qui ouvre l’album,  il nous transporte tout en groove dans la dramatique Moonshine, puis nous tient en haleine jusqu’à la fin. Il nous perd cependant un peu dans des morceaux comme Celebrate the Wonders qui semblent tout droit sortis de contes de Disney. Somme toute, Opium est un ingénieux mariage.
– Émilie Bergeron

 

Douce mélancolie
Lisbonne Télégramme
Miroir d’automne
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Lisbonne Télégramme, c’est Maritza Bossé-Pelchat – connue depuis Star Académie en 2003 – avec des membres de The Blue Seeds (François Dufault, Martin Farmer et Éric Rathé). Ensemble, ils concoctent une musique aérienne et sombre, comme une délicate pluie d’automne qu’on regarde, bien au chaud, par la fenêtre. Les textes évoquent les souvenirs, les moments mélancoliques. La voix est douce, les instruments plaintifs. Du «dream-folk» texturé prometteur. À voir en spectacle gratuit dans le cadre des FrancoFolies, demain à 19 h, sur la scène SiriusXM.
– Andréanne Chevalier

 

Contagieux
Mika
No Place in Heaven
Note: note critiques CD 3sur5

Certains diront que c’est du déjà entendu, mais on aime Mika justement pour sa pop contagieuse. Si No Place in Heaven ne révolutionne pas le genre, ce quatrième album a au moins le mérite de propager la bonne humeur. On y retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de Life in Cartoon Motion (2007): des rythmes colorés, des mélodies tantôt entraînantes tantôt mélancoliques, des textes simples. Bref, des chansons qui restent dans la tête et qui font du bien au cœur. On aime que 4 chansons en français parsèment les 17 titres de l’album. À écouter pour démarrer la journée du bon pied!
– Anicée Lejeune

 

Réconfortant
Saratoga
Saratoga
Note:

Chantal Archambault et Michel-Olivier Gasse unissent leurs voix et poussent de charmantes ballades épurées sur ce premier EP réalisé par un certain Dany Placard. Leur album s’écoute comme une histoire qui nous est racontée, avec un sens du récit qui nous garde captif du début à la fin. Si le fruit de leur duo, Saratoga, sonne aussi naturel, c’est que les deux artistes travaillent ensemble depuis plusieurs années, Michel-Olivier Gasse étant bassiste pour le projet solo de Chantal Archambault. Dans le cadre des Francos, ils offriront un concert intime demain à 17h au Pub Rickard’s.
– Émilie Bergeron

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!