Collaboration spéciale Image tirée de «La dame dans la voiture avec un fusil»

Étonnant film que ce nouveau long métrage du bédéiste et romancier français Joann Sfar.

L’esthétique est irréprochable et l’attention aux détails, accrue (Thunderbird bleue étincelante, machine à écrire aux touches qui claquent, costumes rétros superbes, bande-son vintage allant de Love Attack, du soulman de Memphis James Carr, à Bang Bang, de Janis and Her Boyfriends).

Le suspense est mené par l’actrice écossaise bilingue Freya Mavor (connue pour avoir participé à la série Skins) qui oscille entre folie, séduction et naïveté dans le rôle d’une secrétaire qui n’a «jamais vu la mer, jamais vu la mer, jamais vu la mer».

Aussi présent : Benjamin Biolay, classe comme toujours, dans le rôle d’un patron ténébreux.

Adapté du roman policier de Sébastien Japrisot paru en 1966 (un livre déjà porté à l’écran en 1970 par le cinéaste Anatole Litvak, qui signait là son dernier film), ce thriller attrayant n’a pas l’excellence sans faille qui avait fait la marque de la première réalisation de Sfar, à savoir l’inoubliable Gainsbourg, vie héroïque.

Un peu plus froid, moins romantique émotif, «La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil» séduit néanmoins par son cachet sixties… et son générique aquatique.

À voir mardi à 19 h 30, au Centre Phi.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!