Cette semaine, on craque pour… Marie Demers, La doudou qui ne sentait pas bon, Brimbelle, XO de Laurence Nerbonne, Rising With the Sun de Cat Empire et La trilogie La peur du loup.

1. In Between de Marie Demers
Ariane a 21 ans, des «références cinématographiques sans pareil» et «un vide intérieur qui la démange depuis trop longtemps». Un vide que la mort soudaine de son père adoré matérialise violemment. Pour le combler, ou du moins essayer, elle part en voyage au bout du monde, puis à l’autre bout, avec, dans son cœur, le souvenir de ce papa qui comptait tant pour elle et la pensée de sa mère, avec laquelle elle entretient une relation complexe. Sur la route, elle croisera une douce mamie, des voyageurs avec qui elle fera des trips hallucinogènes peu concluants, et un homme dont elle tombera follement amoureuse. Avec In Between, son premier roman pour adultes au rythme fou et à la personnalité unique, Marie Demers décrit l’incompréhension absolue qui vient avec la mort d’un être cher. Et saisit, avec beaucoup de justesse, la douleur qui nous plombe lorsqu’on laisse derrière soi quelqu’un qu’on aime encore si fort et qui ne nous aime pas comme on voudrait. Pas assez. Juste, banalement, «bien». (Natalia Wysocka)
En librairie, aux éditions Hurtubise.

2. La doudou qui ne sentait pas bon
Avec sa sensibilité et sa plume pétillante, Claudia Larochelle plonge dans le monde de la littérature pour les tout-petits afin de raconter le périple d’une doudou qui, elle, refuse de plonger dans le bain. Porté par les illustrations craquantes de Maira Chiodi, ce récit d’aventures où on fuit le tourbillon de la machine à laver, où on croise des ratons laveurs et où on se fait prendre par l’orage est aussi attachant que coloré pastel. (Natalia Wysocka)
Aux éditions de la Bagnole.

3. Liza Treyger
Aucun sujet n’est trop sensible pour Liza Treyger, jeune humoriste américaine qu’on a vue à Chelsea Lately et qui a participé à la nouvelle série du vétéran Louis C.K., Horace and Pete. Avec franchise, sans prendre de détours ni mettre de blanches mitaines, la comique Liza se moque de tout, en commençant par elle-même, décortiquant par exemple son rapport aux enfants (elle ne les aime pas) et à la bouffe (elle l’adore). L’artiste portée par un vent plus que favorable montera sur la scène du Comedyworks dans le cadre du Brunch Club ce soir à 20 h 30 et demain à 20 h 30 et à 22 h 30. Go, go, go. (Natalia Wysocka)

4. Brimbelle
Si vous faites partie des parents qui sont en train de virer fous à cause de la mélodie de La Reine des neiges, vous êtes probablement à la recherche d’un antidote. Voici Brimbelle et ses ritournelles rafraîchissantes sur la vie à la ferme. C’est suffisamment bien fait pour être supportable auditivement parlant pour des adultes et en même temps pas suffisamment accrocheur pour que vos enfants se mettent à l’écouter en boucle sur CD et sur DVD. Vos nerfs auront enfin un peu de répit.(Mathias Marchal)

5. XO de Laurence Nerbonne
La voix envoûtante de l’excellent groupe Hôtel Morphée (qui s’est dissous en février 2015) sort son premier album solo, et c’est bien tant mieux! Laurence Nerbonne agrémente sa jolie voix vaporeuse de sons électropop et R&B. La Montréalaise peut être fière de ce premier opus qui comprend 10 pièces à la prose élégante et aux rythmes entraînants inspirés de la pop scandinave. Nos coups de cœur: Si ton cœur bat, Danse avec moi et Nos cœurs. Notons que Laurence Nerbonne sera au Festival d’été de Québec le 7 juillet. (Rachelle McDuff)

6. Rising With the Sun de Cat Empire
De la pop carnavalesque teintée de percussions africaines (Wolves) au ska (Bulls) ou au reggae (Midnight) en passant par des airs latinos (Daggers Drawn), le sixième album du groupe australien The Cat Empire est un tour du monde musical, un véritable melting-pot sonore. On pourrait penser que le tout est cacophonique… mais il n’en est rien. Facile d’écoute, ce tourbillon coloré nous propose une ambiance différente à chaque note. De circonstance, Bataclan, en hommage aux victimes des attentats de Paris, est un appel à l’espoir. Rising With the Sun est un concentré de musique sans frontière, un hymne à la fraternité. (Anicée Lejeune)

7. La trilogie La peur du loup
En quête d’une lecture légère de type chick-lit, mais qui demeure originale et ne s’intéresse pas uniquement aux histoires d’amour de ses protagonistes? Jetez un œil à la trilogie de l’auteure québécoise Annie Lemieux-Gaudrault, publiée aux éditions Libre Expression. Chaque livre suit une fille différente d’un trio d’amies (l’héroïne d’un tome est donc un personnage secondaire d’un autre), alors qu’elle doit affronter une peur qui la tenaille dans la vie de tous les jours. Avec leurs personnalités différentes et leur tête bien ancrée sur leurs épaules, l’avocate Sara, l’ingénieure Élise et la comédienne Marie nous charment avec leurs tribulations qui se dévorent d’une traite. (Jessica Émond-Ferrat)

 

 

On se désole pour…

 

It’s Always Sunny in Philadelphia
Onze saisons, c’est long. La preuve? Cette dernière (mais malheureusement pas ultime) saison de It’s Always Sunny in Philadelphia. Les deux premiers épisodes ce cette saison de 10 sont en fait des clips-shows qui ne font que réchauffer des vieux gags (Chardee McDennis? Pour vrai? Ça fait trois fois qu’on y revient!). Certains diront peut-être que cette émission, qui fait souvent des farces un peu méta envers le monde de la télévision, recycle dans le but d’offrir un commentaire sur les sitcoms qui manquent d’idées. Mais non! Ils l’ont déjà fait il y a quatre ans, DANS LA SAISON 8!!! On est loin de notre Nightman chéri. De grâce, tirez la plogue. (Jeff Yates)

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!