L’exposition From Away est l’occasion rêvée de s’initier à l’art conceptuel unique de Joan Jonas.

«C’est la première rétrospective consacrée à Joan Jonas au Canada», explique la commissaire invitée Barbara Clausen à notre arrivée au DHC/ART.

Malgré cinq décennies de création, l’œuvre de cette cinéaste, vidéaste, performeuse, sculptrice et dessinatrice new-yorkaise demeure plus connue en Europe qu’en Amérique.

Pour s’y retrouver dans le riche éventail de l’artiste, qui célèbre cette année son 80e anniversaire et qui a longtemps enseigné au Massachussetts Institute of Technology, le DHC/ART propose aux visiteurs de se replonger dans les pièces maîtresses que sont Organic Honey (1972), Volcano Saga (1985) et autres Lines in the Sand (2002).

«Cet art est accessible car il est très joli, très immersif.» –Barbara Clausen, commissaire invitée de l’exposition From Away

Des opus phares minimalistes qui regorgent de miroirs et de cercles. L’imaginaire semble sans cesse déformer la réalité en ne faisant qu’une bouchée de la narration. Il y a une volonté de désynchroniser les images et le son afin de créer des distorsions dans l’espace-temps. Les ombres prennent le dessus sur la lumière, et les hallucinations chimériques ou les rêves fantasmés qui peuvent rappeler la démarche d’un David Lynch ou d’un Guy Maddin ne sont pas rares.

«Joan raconte toujours plusieurs couches d’histoires en simultané, fait remarquer Barbara Clausen, qui est également professeure au Département d’histoire de l’art de l’UQAM. Elle expérimente sans cesse, créant son propre vocabulaire de gestes et de formes.»

La pionnière travaille avec des artistes de toutes les générations et de toutes les disciplines, ne manquant pas d’insuffler une charge féministe et politique à ses propos.

La cerise sur le gâteau de l’événement est sans aucun doute l’installation-performance multimédia They Come to Us without a Word, qui a été présentée à la Biennale de Venise en 2015. Une fresque en plusieurs galeries où l’équilibre de la nature est fragilisé par l’activité humaine, où le cycle de la vie prend une tournure poétique et où l’espoir se cristallise chez ces enfants qui errent çà et là. Il faut même s’attendre à apercevoir des fantômes du Cap-Breton!

From Away
À DHC/ART
Jusqu’au 18 septembre

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!