Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA – Le Canadien a été moins efficace en échec-avant et il a eu de la difficulté à s’approcher du filet des Sénateurs d’Ottawa, mercredi. Mais ça n’a rien à voir avec l’effort déployé, foi de Michel Therrien.

«Ils (les Sénateurs) ont eu le dernier mot. Nous n’avons pas à être gênés de notre performance. Les gars ont travaillé très fort», a affirmé l’entraîneur.

Les ajustements que les Sénateurs ont fait n’ont pas paru le désarçonner. Le style moins fougueux qu’ils ont préconisé n’a pas été un facteur important, selon lui.

«C’était moins physique, mais il n’y avait quand même pas beaucoup d’espace sur la glace», a-t-il noté.

Le défenseur Tom Gilbert a argué que le Tricolore avait perdu la bataille de la zone neutre.

«Nous n’avons pas pu envoyer suffisamment la rondelle derrière leurs défenseurs et établir un échec-avant efficace dans leur territoire.»

L’ailier Brandon Prust a fait la même observation, en disant que l’équipe a été incapable d’exercer de la pression de façon soutenue.

«Nous n’étions pas suffisamment actifs et nous avons trop tenté de jouer de finesse. Nous n’avons pas joué notre style en troisième.»

Le sentiment chez le CH était qu’on avait tout simplement perdu un match serré, après en avoir remporté trois d’affilée.

D’un ton calme, le gardien Carey Price a parlé de l’importance pour ses coéquipiers et lui de ne pas déroger du plan établi en vue du cinquième match.

Comme l’a souligné l’ailier Max Pacioretty, compléter le balayage d’une série éliminatoire dans la LNH n’est pas une mince affaire.

«Ce n’est pas toujours le scénario parfait, a-t-il mentionné. Les Sénateurs ne perdent jamais espoir. C’est une équipe qui joue le dos acculé au mur depuis quelques mois. Ils sont à l’aise dans cette situation et ils n’abandonnent jamais. Et on ne s’attend pas à ce qu’ils abandonnent maintenant.»

Pacioretty a ajouté que ses coéquipiers et lui doivent afficher un plus grand instinct du tueur.

Le Canadien devra surtout trouver une façon de mieux saisir les occasions en supériorité numérique. L’équipe montre un piètre rendement de 6,25 pour cent (1 en 16).

«Ils sont très combatifs en infériorité numérique, a dit Pacioretty. Nous avons un peu mieux paru au cours de notre troisième chance.»

Gilbert a parlé de quelques ajustements à faire ainsi que de persévérance dans l’exécution.

Chez les Sénateurs, on sait que la pente demeure abrupte même si on vient de gravir un palier.

L’entraîneur Dave Cameron a dit que la journée additionnelle de repos avait fait le plus grand bien à ses troupiers.

«Ça nous a permis de faire un pas de recul et d’être plus prêt à gravir la montagne qui se dresse devant nous.

«L’escalade ne fait que commencer, a-t-il résumé. Nous nous concentrons maintenant à gagner un deuxième match, c’est tout ce qui compte. Depuis mon arrivée en poste en décembre, nous ramenons les objectifs à très brève échéance. Nous conservons la même philosophie en séries.»

Aussi dans Canadien de Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!