Paul Chiasson

La Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) organisera une nouvelle manifestation nationale le dimanche 22 juillet, à Montréal.

La journée se veut avant tout une contestation du gouvernement «néolibéral» de Jean Charest, de la hausse des droits de scolarité et de la loi spéciale adoptée par le gouvernement en mai dernier.

Lors des manifestations nationales des 22 mars, 22 avril (Jour de la Terre) et 22 mai, plus de 100 000 personne ont marché dans les rues de Montréal. Le 22 juin, quelque 12 000 personnes ont participé à la manifestation organisée à la Place du Canada. La CLASSE refuse cependant d’y voir un essoufflement de la cause.

«C’est plus difficile de réunir les gens durant l’été, mais on estime qu’on pourra tout de même attirer plusieurs milliers de personnes à cette manifestation. On ne peut pas parler d’essoufflement, parce que même après quatre mois de conflit, la mobilisation se poursuit. Les manifestations nocturnes se poursuivent et les casseroles, même si elles sont moins nombreuses, sont toujours présentes», a répondu l’une des porte-paroles de la CLASSE, Camille Robert.

Ce rassemblement du 22 juillet se veut également une protestation de diverses autres mesures de Québec comme l’implantation de la taxe santé et le Plan Nord. Malgré son incompatibilité avec le gouvernement de Jean Charest, la CLASSE ne souhaite pas que le conflit se règle grâce à des élections.

«Le problème ne doit pas être réglé par des élections. C’est inquiétant pour notre démocratie si on doit attendre quatre ans pour régler nos conflits sociaux», indique Mme Robert.

Un IGA interdit le carré rouge
Par ailleurs, Métro a appris qu’une succursale IGA de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie a interdit le port du carré rouge à ses employés, à la suite des plaintes de clients. La mesure est entrée en vigueur à la fin du mois de juin dans l’établissement du 900, rue St-Zotique Est.

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!