QUÉBEC – Il serait absurde de défier la loi 78 sous prétexte de défendre des droits fondamentaux, fait valoir le Bâtonnier du Québec, Me Louis Masson.

Car la désobéissance civile, c’est la négation même de la règle de droit, une pratique totalement inadmissible dans une société démocratique, a plaidé Me Masson, mardi matin, lors d’un bref entretien avec La Presse Canadienne, en marge d’une commission parlementaire.

Le Barreau du Québec ne peut donc d’aucune façon cautionner quelque proposition que ce soit visant à encourager le non-respect de la loi 78. Cela équivaudrait, comme société, à renier nos valeurs démocratiques, a-t-il fait valoir.

Ses propos surviennent alors qu’un des groupes à l’origine de la grève étudiante, la CLASSE, a annoncé sa décision de défier ouvertement la loi 78.

Avant l’adoption, vendredi, de la controversée loi spéciale 78, qui encadre notamment le droit de manifester, le Bâtonnier avait exprimé de sérieuses inquiétudes devant l’ampleur à venir des limitations apportées au droit d’association et au droit de manifester, de même qu’à la liberté d’expression.

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!