Yves Provencher/métro Amir Khadir et Françoise David

Québec solidaire n’encouragera pas la désobéissance civile en lien avec la loi 78. «Nous ne pouvons pas encourager la mise en place de gestes de désobéissance civile pacifique, a déclaré mardi Françoise David, coporte-parole de Québec solidaire. Mais nous ne la condamnerons pas. Nous sommes parfaitement en mesure en comprendre pourquoi des personnes et des associations décident d’y recourir».

En conférence de presse, Québec solidaire a, en parallèle, appelé la population à appuyer le mouvement étudiant de toutes les manières légitimes et légales envisageables.

Amir Khadir, l’autre coporte-parole de la formation, croit qu’il est possible pour la population de manifester librement et pacifiquement, d’exercer ses droits constitutionnels de se réunir et de soutenir financièrement les associations étudiantes.

Pour M. Khadir, il existe des moyens de rendre la loi 78 inopérante. «Par des manifestations pacifiques, comme celle de lundi. Quelque 8000 marcheurs ont manifesté sans aucun incident, a affirmé le député de Mercier. Les policiers de Montréal n’y ont pas effectué d’arrestations liées à la loi spéciale. Ils ont utilisé leur jugement. Nous appellons les corps policiers de partout au Québec à avoir le même discernement.»

Mme David rappelle que le coeur du conflit continue d’être la hausse des droits de scolarité. «Tant que la question des droits de scolarité ne sera pas résolue par la voie de la négociation, M. Charest ne pourra pas avoir de repos», a-t-elle déclaré.

Aussi dans Conflit étudiant :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!