www.ceic.gouv.qc.ca Marin Dumont

Les conseillers du maire de Montréal, qui étaient trop curieux, n’étaient pas bien vus par les fonctionnaires du département des infrastructures. C’est ce qu’a raconté Martin Dumont devant la commission Charbonneau, lundi.

L’homme a été conseiller au cabinet du maire Gérald Tremblay de 2001 à 2004. Il a ensuite été organisateur politique du parti du maire, jusqu’en 2006.

Au cabinet, il était chargé de recommander positivement ou négativement au comité exécutif les projets contenus dans les sommaires décisionnels.

Dans les faits, il s’agissait d’une formalité, car très peu de projets étaient rejetés. M. Dumont a précisé que ses relations avec les fonctionnaires des départements des infrastructures étaient pénibles. Ces derniers n’appréciaient pas ses questions et se plaignaient d’ingérence politique. «Donc, c’était les fonctionnaires qui décidaient?», a demandé la présidente, ce à quoi le témoin a répondu par l’affirmative.

En 2004, M. Dumont a ensuite été recruté au poste d’organisateur politique du parti du maire. Son collègue Bernard Trépanier s’occupait du financement et a été arrêté par l’escouade Marteau en mai 2012. M. Dumont ne savait pas que le surnom de M. Trépanier était 3%, en raison de la ristourne qu’il collectait auprès des entrepreneurs pour le parti.

Un coffre-fort qui ne fermait plus
Il a confirmé que plusieurs personnes visitaient son collègue et qu’un coffre-fort se trouvait dans son bureau. Un soir M. Trépanier a demandé l’aide de M. Dumont pour fermer la porte du coffre, qui débordait de billets. M. Dumont a déclaré lundi qu’il n’avait jamais vu autant de billets «rouges, bruns et roses.»

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!