Au moment où l’état d’urgence est décrété dans plusieurs arrondissements de Montréal à cause des crues printanières, une cinquantaine de familles ont été évacuées à Ahuntsic-Cartierville et d’autres résidents pourraient être forcés de quitter temporairement leur domicile au cours des prochaines heures.

Les autorités prévoient que le niveau de l’eau de la rivière des Prairies augmentera d’au moins 20 cm dans les 48 prochaines heures en raison des précipitations attendues.

Les sinistrés ont d’abord été accueillis au YMCA de Cartierville, mais ils avaient tous quitté les lieux en fin de matinée.

«Nous n’avons pas encore un bilan précis, indique Harout Chitilian, conseiller de Bordeaux-Cartierville. Mais nous suivons la situation de près.»

Dimanche après-midi, l’élu local était avec Denis Coderre, maire de Montréal et Mélanie Joly, députée fédérale d’Ahuntsic-Cartierville dans les rues touchées par la montée du niveau de l’eau de la rivière des Prairies.

C’est surtout la partie ouest de l’arrondissement qui a vu les flots envahir les maisons. Les extrémités des rues Du ruisseau, Olivier, Crevier, Cousineau et Notre-Dame-des-anges sont sous l’eau.

«En décrétant l’état d’urgence, nous avons plus de marge de manœuvre pour obliger les gens à évacuer leur domicile, car maintenant le temps est à la protection des vies humaines et à la préservation de leur santé», assure M. Chitilian.

Par ailleurs, l’arrondissement a fait état de ses priorités au cas où l’armée serait déployée dans les rues de Cartierville.

Contrastes
Sur la rue Du ruisseau, c’est la solidarité entre voisins qui a sauvé une bonne dizaine de maisons.

Les résidents du coin se sont dépêchés dès vendredi soir d’aller chercher des palettes en bois dans une usine des environs et ont construit une digue suffisamment haute pour retenir les eaux de la rivière.

«L’arrondissement nous a envoyé samedi des sacs de sable, des rouleaux de film plastiques et des murets en béton armé pour renforcer notre structure», raconte une résidente du quartier.
Toutefois, trois demeures ont été tout de même inondées.

Sur la rue Cousineau, c’est le désastre. L’eau a submergé les sous-sols et même les rez-de-chaussée de plusieurs résidences. Près de la moitié de la rue, entre le boulevard Gouin et la rivière, est transformée en canal.

L’arrondissement était en alerte depuis la mi-avril sur cette rue et quelques autres. Mais la montée des eaux était imparable.

«Nous n’avons vu que les pompiers depuis 48h. Ils sont brûlés. Déplore un résident qui a été obligé de quitter sa demeure submergée. Ce n’est qu’hier que les cols bleus ont ramené des sacs de sable. Mais c’était trop tard.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!