Amine Esseghir/TC Media Anne-Pascale Lizotte, chargée de la programmation culturelle, travaille à la librairie Monet depuis 17 ans. Elle assure que le commerce offre des activités à la communauté.

La librairie Monet, installée à Cartierville, fête ses 40 ans cette année. Fondée par Pierre Monet, le 7 novembre 1977, elle est à la même adresse depuis sa création. Le secret de sa survie: chercher en permanence de jeunes lecteurs et offrir un service de conseils de pointe.

C’est une des plus grandes librairies indépendantes du Québec. Située aux Galeries Normandie, elle est le lieu de rendez-vous des lecteurs, mais aussi des écrivains et des créateurs.

«J’ai l’impression que nous avons toujours été un peu en avance sur la librairie traditionnelle», indique Laurence Monet, la directrice qui est en train de prendre la relève de son père petit à petit. Ce commerce particulier résiste bien à l’ère des grandes franchises. Son secret réside dans sa volonté de ne pas aller à contre-courant.

«Nous avons le souci de nous réinventer et nous ne nous mettons pas de limite», renchérit Anne-Pascale Lizotte , employée depuis 17 ans et chargée du développement culturel.

Chez Monet, on ne trouve que des livres et le papier est toujours maître des lieux au moment où les romans sur tablette se multiplient et que les bibliothèques immenses tiennent dans une minuscule carte mémoire.

«Au cours des années, nous avons investi dans des spécialités notamment la littérature jeunesse et la bande dessinée, relève Mme Lizotte. M. Monet lui-même est un passionné de BD et il a développé très rapidement ce secteur.»

La librairie dispose d’un fond exceptionnel de bandes dessinées francophones d’Amérique du Nord. Cette approche a en tous les cas donné raison au fondateur, puisque ce genre littéraire a explosé ces dernières années.

«La BD se décline aujourd’hui en roman graphique, en fresques historiques, en adaptation d’œuvres littéraires. Le livre illustré et la BD trouveront plus de place physiquement quand le livre traditionnel se lira plus facilement en format numérique», note Mme Lizotte.

«Nous cherchons depuis toujours de nouvelles avenues. Je crois que nous sommes assez visionnaires depuis le début», affirme Mme Monet, la directrice.

Cette approche du livre par la BD a permis aussi à la librairie de maintenir vivant un lectorat. «Nous nous adressons aux jeunes. Nous les prenons assez tôt et pour en faire des lecteurs pour les quarante prochaines années», dit Mme Lizotte.

Des professionnels
L’autre force de la librairie, ses libraires. Il n’y a pas de simples commis sur le plancher, mais des professionnels du livre. Certains sont employés depuis des dizaines d’années.

«Notre slogan, des livres et des libraires, nous définit bien, souligne Mme Lizotte. Nous ne vendons que des livres et nos libraires sont le cœur et l’âme de ce commerce.»

Cette professionnalisation permet aussi à la librairie de fournir conseils et livres à des institutions partout au Canada.

«Nous sommes de plus en plus approchés par des écoles, des institutions de formation ou des bibliothèques municipales au Québec et dans d’autres provinces canadiennes qui créent leur fonds de livres francophones», fait valoir Mme Lizotte.

Une expertise sollicitée par des institutions en Alberta, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Colombie- Britannique.

Un lieu de rayonnement
La librairie Monet est un centre de diffusion culturelle dans un quartier qui manque cruellement d’infrastructures de ce genre.

Une cinquantaine d’événements y sont organisés chaque année faisant cohabiter art visuel et bandes dessinées ou romans étrangers et gastronomie internationale.

La librairie Monet va ainsi sur des terrains qui ne sont pas traditionnellement ceux de la distribution et de la vente de livres, mais cette activité périphérique, communautaire et gratuite est destinée à maintenir en vie la raison d’être de ce commerce.

Un anniversaire en musique et en mots. La Librairie Monet tient le 30 novembre la première d’une série de soirées qui conjuguent lectures et performances musicales.
Émilie Bibeau, Tristan Malavoy et Rodney Saint-Éloi uniront leur voix pour célébrer cette fête en musique et en mots. Entrée gratuite. Réservations obligatoires. Galeries Normandie, 2752, rue de Salaberry. Téléphone: 514 337-4083.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!