Josie Desmarais/TC Media La façade de l'extension est ornée d'une imposante verrière, œuvre de l'artiste Karen Elaine Spencer qui reprend des extraits de textes de l'écrivaine Gabrielle Roy.

Après une résistance tenace du voisinage, l’agrandissement de l’école Ahuntsic annexe a été officiellement inauguré le 15 mars. Les cinq nouvelles classes, un gymnase et une salle d’activités sont tout de même fonctionnels depuis la rentrée scolaire 2017-2018.

C’est un investissement de près de 5 M$ qui a permis l’agrandissement et un certain nombre d’améliorations. Les 229 élèves de la quatrième à la sixième année ont d’ailleurs retrouvé leur bibliothèque.

Mais, ce projet ne s’est pas fait sans heurt. Dès l’annonce des intentions de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) en 2015, des riverains de cet établissement d’éducation sur la rue d’Auteuil se sont mobilisés pour en empêcher la construction.

Multipliant les pétitions, les interventions au conseil d’arrondissement et les appels aux médias, ils invoquaient les problèmes à venir avec ces nouvelles classes. Ils craignaient l’augmentation de la circulation sur leur rue résidentielle, la disparition d’un parc urbain, la réduction de la surface de la cour d’école et le fait que la CSDM aurait manqué de transparence dans l’information transmise aux citoyens.

«C’était important d’avoir le pouls de la communauté et dans ce projet nous l’avons eu de manière intense, a reconnu Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM. Mais depuis que les travaux sont terminés, nous n’avons plus reçu aucune plainte.» L’extension venait s’ajouter à l’ancienne école qui a été construite en 1954 et qui n’avait connu quasiment aucun changement.

«Je crois que les voisins sont aujourd’hui très contents de la nouvelle construction, a observé pour sa part Chantal Jorg, commissaire scolaire d’Ahuntsic-Cartierville. La construction a permis d’ajouter une belle œuvre d’art sur la rue qui donne une valeur ajoutée au quartier.»

Effectivement, la façade de l’extension est décorée d’une œuvre réalisée par Karen Elaine Spencer. Il s’agit de deux dessins peints à la main sur papier à l’encre de Chine, transférés par impression numérique sur verre trempé.

L’œuvre imposante met en évidence deux textes de Gabrielle Roy publiés dans son recueil de récits Ces enfants de ma vie qui racontent ses souvenirs de jeune enseignante au Manitoba entre 1929 et 1937.

Il faut noter que ces nouveaux espaces sont loin de répondre aux besoins en places éducatives sur le territoire de la CSDM. Depuis que Mme Harel Bourdon est à la tête de cette institution, 500 classes ont été construites. «Nous avons déposé encore une demande pour 180 supplémentaires», a-t-elle indiqué.

Elle sait que tous ces projets ne seront pas acceptés par le ministère de l’Éducation du Québec, mais elle espère que les montants pour le financement des nouvelles écoles et les agrandissements augmenteront. «Nous recevions environ 50 M$ par année pour six à sept projets, nous voudrions porter cela au double.»

Pour Chantal Jorg, sur tout le territoire de la CSDM, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et Ahuntsic-Cartierville sont les quartiers qui ont le plus de besoins. «La rentrée 2018-2019 sera l’une des plus difficiles depuis plusieurs années, prévoit-elle. Malgré les nouvelles constructions, nous allons ajouter des classes en préfabriqué.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!