Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic Geneviève Tremblay et Marie-Eve Croteau sont les Intrigantes qui offrent une seconde vie à des vêtements usagés.

Une boutique ouvrira bientôt ses portes à Ahuntsic pour offrir des vêtements recyclés. Mais attention: il ne s’agit pas d’une friperie préviennent les propriétaires. Dans leur magasin et atelier, Geneviève Tremblay et Marie-Eve Croteau n’hésitent pas à qualifier leur commerce de caverne d’Ali Baba. Elles se sont donné pour marque de commerce «les intrigantes».

«On cherchait un nom original et qui susciterait la curiosité», relève Marie-Ève Croteau. C’est elle la gestionnaire de l’affaire.

Son associée Geneviève Tremblay est plutôt l’artiste. Elle est capable de transformer n’importe quel objet en accessoire, n’importe quelle vieille chemise élimée en article de luxe. «Nous nous complétons bien», relève Mme Croteau.

Photo: Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

Dans la boutique on trouve des robes des chandails et des pantalons bien sûr, mais aussi des chaussures, des sacs et des bijoux.

Amies dans la vie, les deux intrigantes se sont connues en travaillant dans le milieu de la confection et du commerce de vêtements. «J’étais acheteuse et gérante chez l’Épingle à linge, une boutique qui a pignon sur rue sur la Promenade Fleury», raconte Mme Tremblay.

«C’était une véritable école pour ce qui est du service à la clientèle», soutient Mme Coteau. Fortes de leur expérience, elles ont décidé de se mettre à leur compte.

Un marché invisible
L’aventure des Intrigantes a commencé il y a deux ou trois ans. «Je faisais des ménages de gardes robes et comme je suis styliste, je conseillais des femmes pour organiser leurs penderies. À la fin de la journée, je me retrouvais avec des sacs pleins de vêtements», raconte Mme Tremblay.

Ces lots envahissaient son sous-sol et elle donnait ensuite aux églises, aux organismes communautaires, aux amis et à la famille, mais il en restait toujours. «J’ai vu son stock, je l’ai organisé et on a commencé à lui trouver des débouchés », intervient Mme Coteau.

Les intrigantes ont d’abord écumé les ventes trottoirs et ont mis sur pied des happenings, des ventes éphémères qui pouvaient se tenir dans un bar ou des bureaux. «L’accueil des clientes était extraordinaire et elles nous demandaient où était notre magasin. On s’est dit qu’il y’avait un marché pour ce qu’on faisait», souligne Mme Croteau.

Elles se sont donné pour philosophie de récupérer des vêtements de qualité et essentiellement de designer québécois. Là-dedans, il y a des dons de vieux habits, des fins de lignes ou des invendus qu’elles ont rachetés.

«Nous avons parfois des lots de vêtements anciens encore neufs, avec leur étiquette d’origine, observe Mme Tremblay. Des coups de cœur qui n’ont pas eu l’honneur d’être portés.»
Elles auraient pu ouvrir une boutique de vêtements neufs avec un style particulier.

Photo: Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

«Notre objectif était d’abord la récupération. Il y a aujourd’hui une prise de conscience contre le gaspillage, la seconde vie des objets, l’achat local et c’est dans cette vision que nous nous inscrivons», averti Mme Tremblay.

Toutefois, la récupération est doublée d’un travail de reconditionnement très approfondi. «Quand les clientes regardent ce que nous proposons, elles ne se rendent pas compte que ce sont des vêtements usagés. On les remet tellement à neuf, qu’on oublie que c’est du recyclage», remarque Mme Croteau.

Et la mode dans tout cela? «Les gens ne sont pas forcément séduits par la mode. Nos clientes veulent des beaux vêtements agencés selon leurs goûts et leurs styles et qui ne leur coutent pas une fortune», souligne Mme Tremblay.

La boutique doit ouvrir en septembre avec des heures en semaine. «Nous allons offrir aussi des ventes sur rendez-vous avec conseils personnalisés pour les clientes qui n’ont pas le temps de faire du magasinage durant les heures ouvrables», fait valoir Mme Croteau. Les intrigantes préparent aussi un site de vente en ligne pour pouvoir satisfaire tout le monde.

Les intrigantes organisent du 16 au 18 août une vente spéciale à leur boutique au 10231, avenue Papineau, suite B.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!