Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic Daniel Saint-Hilaire prépare Donna Ntambue sur la piste de Claude-Robillard pour prendre part aux Jeux olympiques jeunesse qui auront lieu en octobre de cette année.

Après la mise sur pied en juillet d’un centre provincial d’entraînement en athlétisme dans la ville de Québec, entraîneurs et sportifs à Montréal craignent que le complexe Claude-Robillard, situé à Ahuntsic, soit exclu et s’inquiètent de voir les talents qui évoluent dans la région métropolitaine obligés de déménager. La fédération d’athlétisme assure que son choix est de nature technique et elle continuera d’encourager les sportifs de Montréal.

«Nous sommes stupéfaits de voir Québec par le biais du Club rouge et or retenue au détriment de la Ville de Montréal et son complexe sportif Claude-Robillard», s’insurge Daniel Saint-Hilaire, entraîneur au club les Vainqueurs et qui a été le coach de Bruny Surin, médaillé olympique en 1996.

C’est la première fois que le Québec se dote d’un centre provincial d’excellence en athlétisme. Ce centre a été implanté au PEPS de l’Université Laval, à Québec. La Fédération québécoise d’Athlétisme (FQA) a placé à sa tête un entraîneur-chef des Équipes du Québec, Félix-Antoine Lapointe.

«Le choix du centre d’excellence était lié au choix de l’entraîneur-chef», a précisé Marc Desjardins, directeur de la fédération. La FQA avait lancé un processus de recrutement en mai et a choisi M. Lapointe. Le fait qu’il travaille à Québec a favorisé cette ville et son centre.

«Il faut préciser que ce centre est doté de toutes les installations et de tous les équipements pour permettre aux athlètes de réaliser des performances dans les meilleures conditions», relève M. Desjardins

Des entraîneurs à Montréal craignent de voir leurs athlètes partir s’ils veulent concourir dans les grandes compétitions internationales. Il y a 29 clubs d’athlétisme et trois universités qui entraînent leurs athlètes à Claude-Robillard.

«Nous sommes déçus et inquiets, confie Danielle Boulanger, présidente du club les Vainqueurs. Nous ne savons pas si nos athlètes seront obligés d’aller à Québec valider leurs résultats.»

La Fédération d’athlétisme a annoncé dans un communiqué publié après la nomination de l’entraîneur-chef, que celui-ci aura pour principales responsabilités «de travailler avec les athlètes et les entraîneurs de la fédération afin d’assurer le développement des 126 athlètes québécois identifiés au programme Excellence, Élite et Relève de la FQA, ainsi qu’aux programmes Prochaine Génération (NextGen) ou PPAC (Parcours de performance de l’athlète canadien) d’Athlétisme Canada.»

Donna Ntambue, espoir canadien dans les courses de vitesse. Photo: Collaboration spéciale/Yves Longpré.

Espoir
Parmi l’élite prometteuse on trouve Donna Ntambue. Cette étudiante de 17 ans est inscrite au collège Montmorency à Laval. Sous la direction de Daniel Saint-Hilaire, elle prépare les Jeux olympiques jeunesse qui se tiendront en octobre à Buenos Aires, en Argentine. Elle participera au 100m et au 400m relais chez les dames.

«Ici, j’ai vraiment tout réuni au même endroit. Les coachs, les pistes et le soutien», énumère-t-elle. Cette proximité constitue pour elle un élément primordial pour compléter son entraînement.

«Pour préparer un sportif élite, il faut le repérer et le suivre durant des années, rappelle M. Saint-Hilaire. Nous, nous cherchons des sportifs de la cour d’école aux Jeux olympiques.»

Pour sa part, la FQA a mentionné que l’entraîneur-chef devra aussi se déplacer à travers la province pour rencontrer et travailler en collaboration avec les athlètes identifiés et leurs entraîneurs.

«Nous en sommes au début note M. Desjardins, patron de la FQA. Nous mettrons en place un processus pour permettre la meilleure collaboration entre l’entraîneur-chef et les coachs dans les autres villes.»

M. Saint-Hilaire craint que le complexe Claude-Robillard perde sa capacité d’attraction au profit de Québec même s’il promet une récolte record de médailles lors des prochains Jeux du Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!