Collaboration spéciale/SDC District central La SDC District central a présentée sa vision du nouveau quartier des affaires envisagé dans le secteur de la rue Chabanel, à Ahuntsic-Cartierville.

Faire de la rue Chabanel et de ses environs dans Ahuntsic-Cartierville un quartier d’affaires à Montréal, c’est l’ambition affichée par la Société de développement commercial District central. Une ambition qui tranche avec la situation vécue par cet organisme à sa création il y a deux ans.

La direction de la SDC a présenté le 12 novembre, la nouvelle image de marque de ce quartier souhaité lors d’un évènement tenu dans les locaux de l’entreprise Ssense, une compagnie qui se distingue dans la vente en ligne de produits de la mode.

District central est la troisième SDC en importance à Montréal par le nombre de ses membres. Elle regroupe près de 1800 commerçants et gens d’affaires. Ils activent sur 14 millions de pieds carrés dans le quadrilatère formé par le boulevard Saint-Laurent, la rue Sauvé et les autoroutes 15 et 40. C’est aussi le quatrième pôle d’emplois de l’ile de Montréal.

Hélène Veilleux, directrice de la SDC District central, était fière de présenter la nouvelle image de marque de ce secteur d’affaires. Photo: Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

À sa création en 2016, la SDC s’est heurtée à un rejet massif des opérateurs économiques qui devaient la composer. Ils refusaient la contribution financière annuelle obligatoire de 365$ et avaient déposé une demande en dissolution.

C’est au bout de difficiles négociations qu’elle a pu enfin voir le jour, notamment en réduisant le niveau de cotisation des petits artisans à 50$ sur trois ans. «Cela a été un très long chemin. On a démarré de zéro et difficilement», a souligné Charles Benchimol, président du conseil d’administration de la SDC.

Il faut savoir que cet entrepreneur avait été une des figures de la fronde des commerçants qui refusaient de se faire imposer la création d’une SDC alors qu’ils avaient du mal à acquitter leurs loyers.

Pour Hélène Veilleux, la directrice de la SDC, la page de cet épisode tourmenté est tournée. «Il y a 1800 commerçants et gens d’affaires qui composent la SDC. Est-ce que tous sont mobilisés? Ce n’est pas encore le cas, mais c’est une question de temps avant que tous le soient.»

Haut potentiel
Le secteur possède un énorme potentiel grâce à la présence des anciens bâtiments qui accueillaient les industries textiles.

Aujourd’hui, ces locaux spacieux, aux loyers très abordables, ont été choisis par des marques qui se distinguent à Montréal que ce soit dans les nouvelles technologies, le design, ou la manufacture.

On cite pêle-mêle, Pixmob, Big Bang ERP, la Maison Marie Saint Pierre, Matt & Nat ou les Fermes Lufa. On évoque aussi très discrètement l’arrivée prochaine de Canada Goose dans le décor.

La Ville de Montréal doit construire également, non loin de la rue Chabanel, au coin des rues de l’Esplanade et de Louvain une cour de services avec bureaux et laboratoires qui devrait accueillir 600 employés.

«Aujourd’hui, le quartier est animé, il y a de nombreuses choses qui se font, les midis-jazz, une place pour tenir des événements. Il y’a aussi de grandes marques qui s’installent et qui vont en attirer d’autres», soutient M. Benchimol.

Présente au lancement de la nouvelle image de marque de la SDC, la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuiliier a plaidé pour que tous ceux qui travaillent dans le District central en soient les ambassadeurs. «Je vous invite à faire une cause commune pour répandre le message de la nouvelle destination District central.»

 

Transports

Le secteur Chabanel souffrait de problèmes de transports. Alors qu’il est situé entre deux stations de métro, Crémazie et Sauvé et que deux gares de trains de banlieue sont au cœur de ce secteur commercial et industriel, les fréquences et les circuits des bus qui le desservaient n’étaient pas adaptés pour assurer la meilleure circulation possible entre ces stations.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville a annoncé qu’un pôle de mobilité sera inauguré sur Chabanel en 2019, avec une station Bixi et des voitures libre-service. Aujourd’hui, la présence de nombreux employés dans les entreprises du coin rend le stationnement très difficile en journée.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!