L’automne a été foisonnant pour Jacques Pasquet. L’auteur et conteur a sorti quatre livres en littérature jeunesse: deux romans, un album et un livre-disque. Nous l’avons rencontré dans sa maison «bienveillante» au sujet de son ouvrage Mots doux pour endormir la nuit, qui a fait l’objet d’une matinée de conte à la Librairie Monet la fin de semaine dernière.

«Mots doux pour endormir la nuit fut un long processus», raconte l’écrivain originaire de France. Jacques Pasquet avait envoyé une série de textes il y a trois ans à Planète rebelle, qui lançait sa collection jeunesse. Entre temps, la maison d’édition a publié des contes de l’artiste et a ensuite créé une collection de poésie.

Le résident de Bordeaux-Cartierville a donc proposé un texte à l’éditrice, mais il n’était pas certain de l’accueil. C’est que Jacques Pasquet a un regard sur ce que devrait être la littérature jeunesse. «Je trouve que trop souvent, c’est une littérature qui est infantilisée, indique-t-il. On évite certains sujets. On ne veut pas de sujet difficile. Moi, je n’écris pas pour les enfants. J’écris en sensibilité avec l’enfance.»

Mots doux pour endormir la nuit est composé de 16 poèmes lumineux accompagnés d’illustrations qui amènent le lecteur dans un monde imaginaire. Un disque accompagne le livre où on entend la voix enveloppante de Jacques Pasquet. Des musiques harmonieuses agrémentées d’accordéon, de violon et de violoncelle habillent également le produit. Tout est réuni pour amener les petits en douceur vers le sommeil.

Un projet d’équipe

Pour Jacques Pasquet, deux choses sont importantes: le plaisir d’écrire et l’objet-livre. Il écrit rarement sur demande, en raison du trop grand nombre de contraintes.

«Je ne supporterais pas d’avoir mon nom sur un livre qui ne me plaît pas. Je travaille très étroitement avec l’illustrateur et l’éditeur. L’illustrateur, je ne lui impose rien. Si l’éditeur dit non à l’illustration, eh bien, il ne prend pas le texte.»

Pour ce livre, ce passionné d’illustration a fait appel au talent de Marion Arbona, dont il apprécie particulièrement le travail. Ils en sont d’ailleurs à leur deuxième collaboration.

«Elle a une capacité de suivre le ton. Avec le poème, elle est capable d’aller chercher un travail très personnel, des images avec une richesse onirique incroyable. Il y a eu des réticences de la part de l’éditeur. Pour eux, ce n’était pas des images pour enfants.»

Au final, l’auteur se dit très content du produit. Et surtout de l’illustration des pages intérieures.

«Ce qui est important dans ce livre-disque, c’est qu’il constitue un travail d’équipe, mentionne M. Pasquet. La force d’un beau livre, c’est que ce n’est pas juste le travail d’un auteur.»

Jacques Pasquet compte une vingtaine de parutions pour les jeunes. Il partage également ses passions du conte et de la littérature jeunesse en se produisant lors de spectacles ou en animant des ateliers de formation.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!