Alarie photos L’éditeur de jeux de société ahuntsicois, Christian Lemay, lance cet automne les 10e et 11e jeux de société des éditions Le Scorpion masqué: Québec et Switch.
Les affaires vont bien pour l’éditeur de jeux de société ahuntsicois, Christian Lemay. Après cinq ans dans le monde des jeux de société, l’entrepreneur fait maintenant partie des rares éditeurs québécois qui peuvent vivre du métier. Il a fait paraître cet automne deux nouveaux jeux, Québec et Switch, par l’entremise de sa maison d’édition, Le Scorpion masqué.

«Avec Québec, on fait un premier saut dans le monde des jeux de stratégie», explique l’éditeur. Pas aussi long et compliqué que Risk, mais tout de même plus intéressant que le bon vieux Mastermind, le jeu plonge les joueurs au cœur de l’histoire de la fondation de la Ville de Québec. De la Nouvelle-France à l’époque moderne, le but est de laisser sa marque dans l’histoire en reconstruisant la capitale nationale au fil des siècles.

Switch est quant à lui un jeu de party. Le concept est simple et amusant: 500 expressions populaires et titres connus ont été passés au tordeur. Chaque mot de l’expression originale a donc été remplacé par un synonyme, un antonyme ou un mot de la même famille. «Et vous devez simplement trouver, en solo ou en équipe, l’expression originale!» explique M. Lemay dans une vidéo diffusée sur son site web. «Par exemple, si une carte indique la matinée du baseball, qu’est-ce qui vous vient en tête? Le contraire de matinée c’est… soirée et un sport populaire autre que le baseball… le hockey!. On cherchait, vous l’aurez compris, une émission très populaire du samedi soir:La soirée du hockey!», ajoute-t-il.

Les deux jeux sont déjà disponibles en magasin et trois autres projets sont en chantier pour 2012.

Politique verte

Depuis 2010, Le Scorpion masqué est associé à des organismes environnementaux pour financer le remplacement de tous les arbres abattus pour la fabrication de ses jeux. Après chaque tirage, l’imprimeur indique à l’éditeur le poids total de carton utilisé. Considérant qu’un arbre mature donne environ 45 kg de carton, ce poids est tout simplement converti en nombre d’arbres. Jusqu’à présent, l’entreprise a fait planter plus d’une soixantaine d’arbres d’essences variées sur le territoire de la province.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus