Collaboration spéciale - Sergie Olivier Avec 50 000 spectateurs en 2014, les organisateurs du FestiBlues aimeraient bien en avoir 60 ou 70000 cette année pour permettre au festival de vivre l'année prochaine au lieu de survivre.

Le Festiblues international de Montréal qui débute le 6 août, revient de loin. En 2012, à cause d’une météo défavorable et des pluies diluviennes qui se sont abattues sur les festivaliers, il accusait un déficit de 100 000$. Depuis, grâce à un climat favorable, la situation s’est améliorée, même si on redoute toujours les intempéries.

«Je peux dire que cela va mieux financièrement, mais nous ne sommes toujours pas à l’abri des aléas de la météo, avoue Gilles Gauvreau, directeur du FestiBlues. L’année dernières tout s’est bien passé, on espère que cette année aussi tout se passera bien.»

En 2012, les organisateurs du FestiBlues avaient tiré la sonnette d’alarme annonçant que le festival pouvait disparaître à cause de son déficit. Un concert-bénéfice avait été organisé en novembre de la même année.

Les animateurs du festival avaient aussi pris leur bâton de pèlerin pour demander à tous les paliers de gouvernement une aide pour éponger le déficit. L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville avait octroyé une contribution financière «ponctuelle non récurrente» de 20 000 $, puis une contribution financière de 35 000 $ pour l’année 2013.

Programme alléchant
Sur la scène du parc Ahuntsic, cette année, les têtes d’affiche sont Bobby Bazini, Lisa LeBlanc, Alex Nevsky et Michel Rivard. Des vedettes qui ne sont pas connues comme des artistes de blues, mais qui pourraient attirer plus de public. «On a eu approximativement 50 000 spectateurs en 2014, on aimerait bien en avoir 60 ou 70000 cette année, cela nous permettrait de vivre l’année prochaine et non de la survivre», souhaite M. Gauvreau.

M.Gauvreau tient toutefois à rassurer les puristes. «Bobby Bazini est un bluesman et Michel Rivard a promis de chanter quatre ou cinq tounes de blues», relève-t-il.

Ahuntsic chante le blues
Il faut dire que le FestiBlues a tout pour réussir. Il se tient dans un immense parc, à proximité d’une station de métro et de bus et offre quatre soirs de spectacles pour des passes de 20$ et les enfants de moins de 12 ans sont admis gratuitement. Le ticket pour un spectacle est à 8$.

«Nous arrivons aussi à un moment où les festivals sont terminés et les gens pensent plus à la rentrée», concède le premier responsable du Festiblues. Il espère toutefois que les résidents d’Ahuntsic, de Bordeaux et de Cartierville seront plus nombreux cette année.

Il faut savoir que le festival se tient au parc Ahuntsic mais aussi dans neufs bars et restaurants des environs ainsi qu’au parc Tolhurst. M. Gauvreau encourage vivement les spectateurs dans les bars, à la fin du spectacle au parc Ahuntsic, pour poursuivre la soirée et voir des artistes de blues montants et d’autres confirmés.

Le FestiBlues débute le 6 août, cliquer ici pour connaître toute sa programmation.

 

 Un festival Off au parc Tolhurst

Au parc Tolhurst, qui s’est refait une beauté cet été, se tient un «FestiBlues off» offrant des spectacles musicaux juste avant ceux qui se tiennent au parc Ahuntsic. Le 5 août à partir de 20h, c’est les

Composé de Shatanna, Jean-Francis Gauvreau, Martin Courtois, Sébastien Boisvert, Jean-Pierre Fréchette, Étienne Dextraze-Monast, Blues Berry jam né il y a 18 ans avec le premier FestiBlues, reprend les succès des grandes vedettes de blues. Photo: collaboration spéciale.

Les Blue Berry Jam Photo: collaboration spéciale.

Blues Berry jam qui seront sur scène. Composé de Shatanna, Jean-Francis Gauvreau, Martin Courtois, Sébastien Boisvert, Jean-Pierre Fréchette, Étienne Dextraze-Monast, ce groupe est né il y a 18 ans avec le premier FestiBlues, reprend les succès des grandes vedettes de blues comme Big Mama Thornton, Aretha Franklin, Bonnie Raith et beaucoup d’autres.
Du 6 au 8 août, les spectacles « Off » ont lieu à partir de 18h. On y attend, successivement, Hawk ’n Roll, Remain Solid et The Souldiers.

 

Des bougies à l'effigie de Jimi Henbdrix sont vendus durant le FestiBlues pour aider les enfants défavorisés à pratiquer un instrument de musique. Photo: collaboration spéciale.

Photo: collaboration spéciale.

La flamme de Jimi Hendrix

À l’occasion du 18e FestiBlues, Burning Stars, une entreprise québécoise propose des sculptures de bougies à l’effigie du musicien Jimi Hendrix. Ce projet est approuvé par la Fondation Jimi Hendrix (JHF) qui offre des instruments de musique aux enfants défavorisés. Pour chaque sculpture vendue, une partie des ventes est remise à JHF. Les bougies faites à la main sont réalisées en cire de soja 100% écologique.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!