Les travailleurs et représentants syndicaux de l’hôpital du Sacré-Cœur ont tenu un rassemblement sur le terrain de l’établissement de santé le 9 septembre. Durant un peu plus de deux heures, les protestataires ont fait du bruit pour appuyer la négociation du secteur public.

«Ce rassemblement est le premier de la rentrée, a expliqué Judith Huot, présidente d’un des deux syndicats de la Centrale des syndicats nationaux (CSN) de l’hôpital. On veut montrer au gouvernement que nous sommes mobilisés.»

Cette manifestation intervient après les rassemblements organisés durant l’été, toutes les deux semaines, devant l’hôpital.

La particularité de cette manifestation est qu’elle se tenait sur le terrain de l’hôpital. Outre la musique, des chapiteaux ont aussi été installés. On a servi des hot-dogs et des boissons. «Nous avançons petit à petit», indique Mme Huot.

La manifestation n’avait pour but que d’envoyer un message au gouvernement. Outre les représentants syndicaux locaux, Nadine Lambert, infirmière et vice-présidente de la Fédération de santé et de services sociaux (FSSS-CSN) et Jean Lacharité, vice-président de la CSN ont prononcé quelques mots pour soutenir les travailleurs rassemblés.

«Depuis le début du débat sur la loi 10 et après son adoption, nous sommes considérés avec mépris, déplore Mme Huot. Le gouvernement sait que nous n’allons jamais abandonner nos patients même si on coupe des postes et même si on réduit nos salaires.»

Vers 13h30, les protestataires ont levé le camp en promettant d’autres rassemblements du même genre.

Cette manifestation intervient au lendemain de l’occupation du bureau du PDG du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’île, situé au centre d’hébergement Notre-Dame-de-la-Merci, à Bordeaux, dont dépend aussi l’hôpital du Sacré-Cœur.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!