Audrey Gauthier/TC Media Plus d'une centaine de personnes ont participé à l'activité de sensibilisation du Centre de sécurité civile de Montréal.

Montréal n’est pas à l’abri d’un sinistre, tel que des chaleurs extrêmes et des séismes. Afin de sensibiliser les citoyens à l’importance d’être prêt à faire face à ces situations, le Centre de sécurité civile de Montréal et la Croix-Rouge sont allés à la rencontre des citoyens, le 6 mai dernier.

Lors de cette activité, qui se déroulait dans le cadre de la semaine nationale de la sécurité civile, qui se poursuit jusqu’au 9 mai, les intervenants ont informé les visiteurs sur la trousse de survie 72h.

Composée, entre autres, d’eau potable, de denrées non périssables, d’une lampe de poche et d’une radio, elle permet aux Montréalais de faire face à un sinistre, en attendant l’aide des services d’urgence.

«À Montréal, nous ne sommes pas à l’abri des fortes tempêtes, des inondations et des accidents impliquant des matières dangereuses. Nous voulons transmettre le message que la sécurité civile est une responsabilité partagée et que tous doivent se préparer à ces éventualités», explique Louise Bradette, cheffe de division au Centre de sécurité civile de Montréal.

Afin de sensibiliser les citoyens, les deux organismes se sont rendus au centre Jean-Rougeau, dans le quartier Villeray, l’un des sites de distribution en cas d’urgence de la métropole.

«Dans notre plan d’intervention, nous avons ciblé plusieurs endroits de distribution. Le site Jean-Rougeau est central et facile d’accès. De plus, nous avons une bonne collaboration avec l’arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension», mentionne Mme Bradette.

Sous le thème de l’eau potable

Plus d’une centaine de parents, résidents, élèves et enfants sont venus discuter avec les intervenants présents. «Je n’ai pas de trousse, mais depuis la naissance de ma fille, je suis plus sensible à la survie. Je vais m’en préparer une», déclare Katherine Routhier, résidente de Villeray.

«Le message est difficile à passer. Les gens sont convaincus qu’il y aura toujours de l’eau potable, mais nous n’avons qu’à nous rappeler la contamination des réserves d’eau à Longueuil, il y a quelques mois, pour savoir que nous ne sommes pas à l’abri», fait valoir Mme Bradette.

Il faut en moyenne quatre litres d’eau, par personne, par jour, pour survivre. Afin de souligner l’importance de l’or bleu, le centre a remis une bouteille d’eau aux visiteurs.

Une personne sur trois

Au Canada, seulement une personne sur trois possède une trousse chez elle. C’est la même chose au Québec, indique Esther Laforte, directrice adjointe au Service d’intervention de la Croix-Rouge canadienne, division du Québec.

«Ce sont principalement les gens ayant déjà été touchés par un sinistre qui confectionnent leur trousse. Souvent, les citoyens ne pensent pas que ça va leur arriver. Ils nous disent également qu’ils n’ont le temps de la faire ni la place pour l’entreposer», souligne Mme Laforte.

Lors d’un sinistre, les services d’urgence prioriseront les personnes vulnérables. «Cela peut augmenter les délais de réponse pour le reste de la population, d’où la nécessité d’être préparé en attendant de l’aide», affirme Mme Laforte.

Quoi mettre dans sa trousse de survie?

  • Eau potable
  • Nourriture non périssable et un ouvre-boîte manuel
  • Réchaud et combustible
  • Radio à piles et des batteries de rechange
  • Lampe de poche
  • Trousse de premiers soins
  • Articles pour l’hygiène, tels que brosse à dents, savon, papier hygiénique et désinfectant pour les mains
  • Couvertures
  • Argent comptant et monnaie
  • Double de clés pour la voiture et la maison
  • Bougies et briquet, allumettes
  • Couteau de poche multifonctionnel et outils de base
  • Masques antipoussières pour filtrer l’air contaminé
  • Papiers d’identité, tels que des photocopies du permis de conduire, d’un passeport, de la carte d’assurance maladie
  • Articles pour les besoins particuliers, tels que des médicaments, des articles pour nourrissons ou animaux

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!