Mathias Marchal Les élus Marvin Rotrand (à gauche) et Russel Copeman (à droite)

En attendant la construction de plus de 3500 logements d’ici 2025 dans le secteur Le Triangle, l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce accélère les travaux d’infrastructures à proximité du métro Namur.

La rue de la Savane, dont les travaux débutent cet été, sera complètement refaite. Après les deux phases du chantier qui s’étalera jusqu’en 2018, le nombre de voies de circulation sera passé de six à quatre pour ajouter une piste cyclable en site propre et élargir des trottoirs en les végétalisant. Le réaménagement des rues Buchan et Paré est aussi au menu ce printemps puis ce sera au tour de l’avenue Victoria en septembre.

«On sait qu’il y aura des inconvénients, notamment pour les commerces et le cimetière, mais on veut les minimiser», a déclaré le conseiller municipal Marvin Rotrand qui croit que la revitalisation du secteur permettra de retenir les familles et les aînés et deviendra un exemple à suivre pour la requalification de plusieurs autres quartiers à Montréal.

Reste qu’il s’est construit peu ou pas de logements sociaux et communautaires à l’intérieur du Triangle, même si la stratégie d’inclusion de la Ville prévoit la construction de 15% de logements sociaux et communautaires et 15% de logements privés abordables dans les grands projets immobiliers.

«On respecte la politique d’inclusion», soutient le maire de l’arrondissement, Russell Copeman. Il souligne que plusieurs des projets déjà construits échappaient à la réglementation de l’époque puisque seuls les projets de plus de 200 logements étaient concernés. Depuis 2015, la barre a été abaissée à des projets d’au moins 100 unités. «Il reste encore certains projets en construction ou à construire et on a bon espoir de s’entendre avec les promoteurs», ajoute M. Copeman. Il précise que l’entente peut prendre différentes formes: l’inclusion d’unités sur le site, en dehors du site ou la participation financière à un fonds de développement de logements sociaux et abordables gérés par l’arrondissement.

En tout, 208 unités de logement sociaux et communautaires ont été construites grâce à la revitalisation du Triangle. Pour Sheetal Patak, organisatrice au Projet Genèse, un organisme de défense des locataires, ce nombre est insuffisant. «Ça représente à peine 10% par rapport au nombre d’unités construites donc ça ne reflète pas la stratégie d’inclusion», selon elle. Mme Patak souligne que dans un arrondissement où le quart des locataires paie plus de 50% de leurs revenus à se loger, la requalification du secteur a donc rater une partie de sa cible.

Selon les calculs des représentants des comités logement de l’île de Montréal, entre 2005 et 2015, il ne s’est construit à Montréal que 3500 unités de logements sociaux et communautaires contre 60 000 unités de condos.

«Même si la Stratégie d’inclusion de la Ville a été ressérrée sous l’administration Coderre, les pourcentages d’inclusion restent incitatifs et non pas obligatoires», résume Éric Michaud, coordonnateur du Comité logement Ville-Marie. Il souligne en outre que les indemnités versées par les promoteurs dans le fonds d’indemnisation servent parfois à sauver des projets existants plutôt que de soutenir de nouveaux projets.

Le chantier de 60M$ dans le secteur Le Triangle s’échelonnera jusqu’en 2018. Il prévoit aussi la création d’un parc, la rénovation d’un parc existant et la construction d’une traverse linéaire verdie. À la suite de la consultation publique, un terrain de basketball, des jeux d’eau et un jardin communautaire ont été ajoutés.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!