Après avoir voulu bloquer le projet de transport de marchandises vers le port de Montréal sur les terrains du secteur Dickson, l’arrondissement de Mercier‒Hochelaga-Maisonneuve fait volte-face, au désespoir des citoyens du quartier.

L’arrondissement avait annoncé, au début de l’été, qu’une modification au règlement d’urbanisme serait effectuée, afin d’interdire le transport de marchandises par camions et par trains sur les terrains en question.

Une lettre d’appui à ce changement de réglementation, signée par 250 résidents avait d’ailleurs été déposée lors du conseil d’arrondissement de juillet.

Reporté à maintes reprises, le vote à ce sujet ne s’est finalement jamais tenu. Le maire Réal Ménard avait toutefois assuré qu’une nouvelle proposition serait présentée, en septembre.

C’est finalement lors de la séance du conseil du 6 septembre que le maire a surpris les citoyens qui s’opposent au projet, en déposant un avis de motion, «laissant la porte grande ouverte au projet de l’entrepreneur», selon les résidents du coin.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, une modification sera apportée au règlement d’urbanisme, en intégrant un plan d’implantation et d’intégration architecturales (PIIA), mais elle n’empêchera pas le promoteur de s’installer sur les terrains vacants.

L’objectif de cette modification serait en fait d’inciter le promoteur à faire autre chose qu’uniquement du transbordement de conteneurs.

Déception citoyenne
M. Ménard a mentionné qu’environ deux mois seraient nécessaires pour écrire le nouveau règlement d’urbanisme. Il s’est engagé à consulter les citoyens.

Présents à la séance du conseil, plusieurs d’entre eux se sont d’ailleurs dits déçus de la tournure des événements.

«On espérait vraiment que l’arrondissement se montrerait compréhensif quant à nos inquiétudes et qu’il se positionne clairement, ce qui n’a pas encore été le cas», a continué Julie Morissette, une citoyenne.

«Je crois qu’il y aurait moyen de penser davantage aux citoyens qui devront habiter tout près du secteur industriel», a ajouté la citoyenne Paule Dufour.

En réponse aux résidents, Réal Ménard a rétorqué que le PIIA va permettre de préserver leur qualité de vie.

De leur côté, les élus de Projet Montréal ont dénoncé la décision du maire.

«Réal Ménard semble accepter que les citoyens aient à composer avec les désagréments des activités industrielles lourdes, a dénoncé Laurence Lavigne Lalonde, conseillère de Maisonneuve–Longue-Pointe. Nous ne sommes pas de cet avis. Nous avions l’occasion de corriger une erreur historique, de repartir sur de nouvelles bases. Malheureusement, l’administration Coderre-Ménard a décidé d’hypothéquer le quartier pour encore 50 ans».

Plate-forme intermodale
La volonté de l’arrondissement de changer la vocation du secteur industriel Dickson ne date pas d’hier. En 2014, les élus ont voté des changements à la réglementation qui augmentent la densité d’implantation de bâtiments dans le secteur, ainsi que l’interdiction d’entreposage extérieur.

Ray-Mont Logistiques, entreprise spécialisée en transport de légumineuses, a acquis au mois de janvier un terrain d’une superficie d’environ 240 000 pieds carrés dans le secteur industriel Dickson. Elle compte y installer une plate-forme intermodale pour faire transiter des produits agricoles vers le port de Montréal. À terme, le projet pourrait créer près de 200 emplois.

À noter que le projet de circulation de marchandises du promoteur est appuyé par le port de Montréal et le Canadien National (CN). Les deux organisations travaillent conjointement dans le cadre de la stratégie maritime du Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!