Gracieuseté – Frédérik Lelièvre Une petite chauve-souris brune affectée par le syndrome du museau blanc.

L’Île-des-Sœurs est aux prises avec des chauves-souris atteintes de syndrome du museau blanc, un fléau qui décime leur population. Lors des derniers inventaires, quelques-unes du type «grande brune», qui peuvent être affectées par la maladie, ont été observées.  Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande donc l’aide du public afin de recenser les petites bêtes nocturnes.

Bien que ce soit principalement des chauves-souris migratoires qui ont été aperçues sur l’île et que la maladie affecte particulièrement celles qui vivent dans des cavernes, dans les centres urbains, elles utilisent parfois des bâtiments chauds pour mettre bas.

«Le champignon croit sur les ailes et déshydrate les chauves-souris. Ça les réveille et ça vide les réserves de graisse des animaux lors de leur période d’hibernation», explique la technicienne de la faune du MFFP, Valérie Simard.

Depuis son apparition au Québec en 2010, le syndrome réduit considérablement les populations cavernicoles. Sur la Côte-Nord, les pipistrelles, une petite chauve-souris qui vit près des sites miniers, sont passées de 5 000 individus à huit cette année.

Selon la théorie la plus plausible, la bactérie proviendrait d’Europe, alors que des amateurs de spéléologie auraient contaminé des bêtes en visitant une caverne.

Il est important de préserver les différentes espèces de chauves-souris, puisqu’elles permettent de sauver des milliards de dollars en pesticides et se nourrissent de certains insectes ravageurs, comme la tordeuse de bourgeons d’épinettes.

Les résidents peuvent effectuer un signalement au MFFP qui cherche à collecter davantage de données sur les populations.

Pour les observer
On peut voir les chauves-souris principalement de la mi-juin à la fin-juillet, alors qu’elles élèvent leur portée. Il faut se munir d’une lampe frontale et se placer près de l’entrée de leur abris, en pointant la lumière un peu en dessous, mais pas directement sur les petites bêtes, de manière à ne pas les aveugler.

Pour signaler une chauve-souris, visitez cette page.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!