Vanessa Limoges /TC Media Parcs Canada installe des pancartes aux abords du Canal Lachine pour empêcher la navigation, mais certains accès demeurent ouverts.

Les commerçants du Canal Lachine se plaignent d’avoir été avisés trop tard des déversements d’eaux usées qui se sont déroulés dans la semaine du 19 juillet. Parcs Canada a dû fermer le canal à deux reprises après des pluies abondantes. En raison des délais, des plaisanciers se trouvaient déjà sur l’eau, malgré les interdictions.

Le premier débordement des égouts est survenu le dimanche 19 juillet à 6h30. Mais le propriétaire d’Aventures H20 n’a reçu l’alerte qu’environ quatre heures plus tard. «C’est inacceptable, j’avais commencé à louer des embarcations», lance Marc Bartschatt.

Le scénario s’est répété lors du deuxième déversement, le mardi 21 juillet. Il s’est produit à 17h30, mais Parcs Canada n’a émis son avis de fermeture que le lendemain, soit 14 heures plus tard.

Quand un trop-plein se produit, une alerte est déclenchée à l’usine de traitement des eaux usées de Montréal. Un courriel est ensuite automatiquement envoyé à Parcs Canada, qui régit le canal.

En principe, «Parcs Canada informe aussitôt par courriel les concessionnaires […] installés le long du canal de Lachine d’un arrêt des activités nautiques pour une période de 72 heures», explique Simon Boiteau, agent de communications pour Parcs Canada.

Rapidité remise en question
Marc Bartschatt met en doute la rapidité de transmission de l’information puisque, selon lui, les retards sont récurrents. «Ça arrive souvent et ça nous pose problème, soutient-il. Quand il faut retourner des groupes scolaires parce que nous n’avons pas pu les avertir plus tôt, ce n’est pas évident.»

Pour Daniel Green, chef adjoint du Parti vert du Canada, «avec une concentration de coliformes fécaux qui peut atteindre jusqu’à quatre fois la norme à la suite d’une surverse du trop-plein Rockfield, c’est réellement risqué». Selon lui, si Parcs Canada ne peut pallier ce problème rapidement, il doit se faire retirer cette responsabilité.

À la lumière des problèmes soulevés la semaine dernière, Parcs Canada a toutefois indiqué à TC Media que des ajustements au protocole de communication seraient apportés afin d’assurer une plus grande efficacité.

Un autre problème?
En plus des alertes tardives, la signalisation indiquant la fermeture de la voie navigable serait inadéquate.

M. Bartschatt, tout comme le propriétaire de 22Dragons, Matt Robert, s’inquiètent pour la santé et la sécurité des citoyens.

«Quand le canal est fermé, nous, nous le savons, mais les citoyens du Sud-ouest, non. Il y a plusieurs points d’accès le long du canal et toutes n’ont pas des affiches pour indiquer la fermeture. Pendant les périodes d’interdiction, je vois quand même des citoyens envoyer leur chien dans l’eau par exemple», raconte M. Robert.

Deux commerces desservent la clientèle adepte de sports nautiques aux abords du Canal Lachine: 22Dragons et Aventures H20. Lesquelles perdent d’importants revenus lorsque le système d’égoût de la Ville de Montréal se déverse dans la Canal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!