Un vol historique a atterri mardi vers 13h30 à l’aéroport Montréal-Trudeau. Le Boeing 777 d’Air China, en partance de Beijing avec plusieurs dignitaires du Québec et de la Chine à son bord, a effectué la première liaison entre la métropole et le continent asiatique. Cette correspondance directe aura des impacts économiques sur l’industrie touristique mais aussi sur le commerce québécois en général.

«La journée d’aujourd’hui restera gravée dans les annales: nous devenons le premier transporteur aérien à établir une liaison directe entre Montréal, la Chine et l’Asie. C’est pour nous un honneur d’être le trait d’union entre la population et la culture de deux destinations de choix», a déclaré Yingnian Wang, chef pilote chez Air China.

Trois aller-retour sont prévus les mardis, vendredis et dimanches chaque semaine. Le voyage d’environ 13 heures représente une économie de temps et d’argent pour les passagers qui n’auront plus à faire d’escale. Le corridor emprunté passera au nord puis au-dessus de l’Alaska plutôt que de traverser le Canada puis l’océan Pacifique.
Auparavant, les voyageurs tout comme les gens d’affaires devaient se rendre à Toronto ou à Vancouver pour se rendre en Chine.

Tourisme Québec entend investir 1,6 M$ en campagne publicitaire dans les prochaines années pour attirer les touristes chinois au Québec. Leur nombre a augmenté de 60% en moyenne chaque année depuis 2009. Une croissance additionnelle de 16% est envisagée sur les trois prochaines années.

Montréal prévoit un impact économique sur l’hôtellerie et la restauration. «Les Chinois représente le plus grand groupe de touristes de la planète, ça aura certainement un impact, même pour l’aéroport de Montréal et pour la ville de Dorval», soutient Jean-François Lépine, le nouveau représentant du Québec en Chine.

Retombées économiques
«Ce n’est pas seulement symbolique, mais économique. On s’attend qu’à Montréal, dans les prochains mois, il va y avoir beaucoup d’investisseurs chinois qui vont venir voir simplement parce que la liaison est maintenant facile», avance M. Lépine.

Des liens commerciaux sont déjà établis. Au fil des ans, la Chine est devenue le deuxième partenaire économique du Québec après les États-Unis. La liaison était devenue une priorité pour la communauté d’affaires selon le ministre de l’Économie du Québec, Jacques Daoust, qui prenait place à bord du vol CA879, de retour de sa mission commerciale.

«Dans les critères de sélections des investisseurs, il y a l’accès aux territoires. Si on veut les attirer, leur montrer nos entreprises québécoises, il faut être directement lié à la deuxième plus grosse économie mondiale».

Échanges culturels
«On a une forte communauté chinoise parfaitement intégrée à Montréal. Elle est le reflet de la diversité culturelle. Il n’y a aucun doute que la liaison va augmenter le lien déjà établi», a expliqué le maire de Montréal, Denis Coderre.

L’aéroport a déjà mis en place des installations en mandarin dans ses commerces et restaurants. Du personnel supplémentaire qui pourra communiquer avec les nouveaux voyageurs ont également été engagés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!