Cinquante ans après la pire tragédie de l’histoire de LaSalle, l’arrondissement a dévoilé une stèle commémorative rendant hommage aux 35 victimes des explosions survenues le 26 août 1956 et le 1er mars 1965 au complexe résidentiel LaSalle Heights.

Au matin du 1er mars 1965, un peu après 8h, trois bâtiments de six logements du complexe résidentiel LaSalle Heights des 0363, 0365 et 0367, rue Bergevin, ont été soufflés par une explosion au gaz naturel, alors que le 0361 a été consumé par un incendie.

Ce terrible accident a coûté la vie à 28 personnes, dont huit femmes, deux hommes, 14 fillettes et quatre garçons, en plus de faire une trentaine de blessés et près de 200 sinistrés. En un instant, 24 familles ont perdu tout ce qu’elles avaient: logis, meubles, souvenirs.

Le malheur semblait s’acharner sur ce complexe résidentiel puisque neuf ans auparavant, le 28 août 1956, LaSalle Heights a été le théâtre d’une autre explosion due au gaz naturel qui a emporté sept personnes habitant les immeubles situés au 352 et 354, rue des Oblats.

Un monument marquant
Le dévoilement de la stèle commémorative en acier inoxydable d’un peu plus de six pieds et contenant un rappel des deux événements et la liste des victimes, a eu lieu le 25 octobre au son de la cornemuse des membres de la garde d’honneur du Service des incendies de Montréal, en présence de la vice-présidente du comité exécutif montréalais, Anie Samson, de la mairesse d’arrondissement Manon Barbe et des conseillers municipaux.

Selon Mme Barbe, «ces tragédies ont laissé des marques profondes. Des gens ont perdu un conjoint et des enfants sont devenus orphelins de mère ou de père. Des LaSallois se souviennent du bruit, de l’odeur et de l’émotion qui a envahi LaSalle. Tous étaient frappés par ce drame, mais aussi par sa nature soudaine et violente».

L’arrondissement a installé la stèle au seuil de la rue Lyette, à l’angle du boulevard LaSalle, «un endroit propice au recueillement, près du fleuve et du Lac Saint-Louis, où passent des milliers de piétons et de cyclistes, de sorte que ces 35 noms ne tomberont jamais dans l’oubli», a expliqué Mme Barbe.

Anie Samson a parlé d’un événement qui a marqué le Québec. «On ne peut pas changer le passé, mais ce mémorial permettra aux familles de ne pas oublier leurs proches».

Le 1er mai 2006, l’arrondissement a dévoilé une plaque en souvenir des victimes des deux explosions qui est dans la salle du conseil d’arrondissement.
En plus de rendre hommage aux victimes de cette tragédie, l’arrondissement a aussi procédé au vernissage de l’exposition «Fragments de mémoire» à la mairie d’arrondissement.

L’exposition gratuite propose de nombreuses photos d’archives, des témoignages de survivants et des coupures de journaux d’époque, se tient dans le corridor, près de la salle du conseil de la mairie d’arrondissement, au 55, avenue Dupras, jusqu’à la fin de l’année 2015.

À lire également: «Un énorme tremblement et un gigantesque champignon»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!