Josie Desmarais / Métro

Installées prochainement sur le toit d’un édifice de la SHAPEM sur la rue Pelletier, les ruches seront entretenues par un groupe de citoyens.

En avril prochain, deux ruches seront mises en place sur un toit de la rue Pelletier. Elles seront prises en charge par des citoyens avec l’aide et les conseils d’un apiculteur de Miel Montréal. Le but de l’initiative est de permettre d’apprendre comment produire du miel.

L’installation de ces ruches est un nouveau projet qui s’ajoute aux autres initiatives citoyennes liées à la saine alimentation, à l’image de Panier Futé Coop ou encore des jardins collectifs mis en place à la Voisinerie de l’îlot Pelletier et sur une partie du terrain de l’école secondaire Calixa-Lavallée.

D’ailleurs, les jardins collectifs accueilleront bientôt de nouveaux semis. «Ces jardins deviendront un peu le garde-manger des abeilles en plus de permettre une production de différents fruits, légumes et plantes médicinales», renseigne Cybel Richer-Boivin, coordonnatrice aux communications et à la vie associative de Paroles d’excluEs.

Sécurité alimentaire
Ce projet de rucher est mené par Paroles d’excluEs, organisme qui lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Il vient du système alimentaire pour tous, porté par le Comité de suivi en sécurité alimentaire (CSSA) de Montréal-Nord, qui regroupe 18 organismes de l’arrondissement.

«Le système alimentaire pour tous vise à redonner dignité et pouvoir d’agir à tous et toutes sur leur alimentation, particulièrement aux personnes vivant avec un faible revenu», développe Cybel Richer-Boivin. Ce système se développe sur quatre axes, de la production à la consommation en passant par la transformation et la distribution.

Les abeilles en ville
Créée en juillet 2012, Miel Montréal est une coopérative de solidarité à but non lucratif. Elle se donne pour mission de «développer et offrir (…) des services d’ordre éducatif, de soutien apicole et des services à la communauté en lien avec la présence de l’abeille en ville et la biodiversité», selon son site internet.
Son but est de sensibiliser les habitants des villes à l’importance des insectes pollinisateurs.
Spécialiste de l’apiculture urbaine, Miel Montréal a posé sa première ruche sur le toit du Palais des Congrès de Montréal en 2012. Depuis, les ruchers se multiplient: John Rennie High School, Insectarium de Montréal, Complexe Desjardins, Tohu… Et prochainement dans l’îlot Pelletier à Montréal-Nord.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!