Photo Antoine Saito Des élèves de l'école Saint-Rémi sur la scène de la Maison symphonique, avec l'OSM dirigé par Kent Nagano, le 13 décembre dernier.

Grâce à un don de 665 000$ de la Fondation Azrieli, une deuxième cohorte d’écoliers de Montréal-Nord pourra participer dès septembre prochain au programme «La musique aux enfants».

Ce projet, imaginé par Maestro Kent Nagano de l’OSM et qui a débuté l’an dernier, permet à 170 élèves de l’annexe de l’école Saint-Rémi de bénéficier de cours de musique chaque jour pendant trois ans.

Soulignons que ce programme est possible uniquement grâce au financement de donateurs privés et est coordonné par l’Ochestre symphonique de Montréal (OSM) et la Commission scolaire de la Pointe-de-l’île.

C’est dans le cadre de cette initiative que les jeunes élèves du programme de musique intensif de l’annexe Saint-Rémi, ont interprété la Symphonie des jouets avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Maestro Kent Nagano, le 13 décembre dernier.

«Ils ont joué pendant 10 minutes. Certains enfants étaient tristes de quitter la scène tant ils ont aimé être applaudis», témoigne Julio Gonzalo, Chef du programme La musique aux enfants.

Recherche universitaire rarissime

Ce programme consiste aussi en un projet de recherche afin de mesurer les impacts positifs de l’apprentissage intensif de la musique en bas âge sur les disciplines académiques comme le français et les mathématiques, mais aussi sur la motricité fine notamment.

Une équipe multidisciplinaire composée de professeurs des facultés de musique, de médecine et des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal mène une recherche pour documenter le tout.

«D’une part, les études sur le sujet sont rares, mais ce qui nous démarque encore plus, c’est le fait de mesurer sur une plus longue période chez des enfants aussi jeunes», explique Nathalie Fernando, coordonnatrice du projet de recherche et vice-doyenne de la faculté de musique.

L’objectif est de démontrer les bienfaits de la musique sur le développement des enfants afin de convaincre d’investir davantage dans le domaine de la musique auprès des enfants.

Relation famille-école

Il faudra attendre encore quelques années pour avoir des données précises dans le cadre de cette recherche.Toutefois, un an après le début du programme, des progrès notables sont observés.

Ces enfants d’âge préscolaire sont répartis dans trois groupes: la classe quotidienne de chant choral et rythmique, la musique au quotidien avec des cours de piano en duo trois fois par semaine en plus du chant chaque jour ou enfin, la classe de musique intensive avec trois heures de musique par jour, dont 1h30 de piano, 55 minutes de violon et 30 minutes de chant choral et rythmique.

Dans ce programme, la participation des parents est aussi requise puisque ceux-ci sont invités à des représentations à la Maison symphonique au moins une fois par année.

Les enfants participent en début et en fin d’année, à des séances de jeux, qui permettent aux chercheurs d’observer leurs comportements, permettant de documenter la recherche.

Les résultats s’annoncent prometteurs. «Déjà on voit les enfants qui évoluent rapidement, aux dires de certains professeurs. Notamment pour les enfants plus introvertis qui finalement se sentent bien à l’école», indique Mme Fernando.

«Quotidiennement, on est témoin de changements extraordinaires auprès des élèves, dont certains présentent des difficultés dans leur développement moteur ou langagier. Ils arrivent à mieux s’exprimer, ils parlent de chaque instrument de musique et ils prennent de la confiance. Nous sommes en train de changer la vie de ces enfants littéralement», affirme Julio Gonzalo.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!