Photo: Gracieuseté De nombreux médias étrangers ont couvert la crise des inondations au Québec depuis un mois.

La présente crise de la crue des eaux printanière a capté l’attention du monde entier alors que pas moins de 1500 reportages dans 40 pays ont été réalisés sur les inondations qui affectent plusieurs régions du Québec depuis près d’un mois, toutefois, avec le retrait des eaux, le sujet captera de moins en moins l’attention des médias, selon le courtier en information médias Influence Communication.

En plus de l’intervention de l’armée, la couverture à l’international est composée principalement de photos spectaculaires, notamment de gens en canot dans la rue. La nouvelle est majoritairement suivie dans la presse écrite et sur Internet.

Au Québec, la couverture médiatique a aussi été imposante. Selon Influence Communication, la crise occupe environ entre 1 et 8% de l’actualité tous les jours depuis un mois. Cette couverture a atteint son paroxysme le 8 mai, lorsque 20% des nouvelles produites ce jour-là portaient sur les inondations.

«C’est majeur. Lorsqu’une intervention sur cinq dans l’ensemble de nos médias au Québec porte là-dessus, ça représente une couverture très importante. Je ne pense pas qu’on établisse des records en termes de volume de couverture, mais c’est quand même une crise médiatique très importante», souligne Jean-François Dumas, le président de la compagnie.

Ce dernier prédit cependant un essoufflement médiatique au cours des prochaines semaines, alors que l’eau devrait commencer de redescendre, une situation qui pourrait nuire aux sinistrés.

«Une fois que l’eau commence à descendre, c’est moins sensationnel et les médias arrêtent d’en parler. C’est un peu ça le danger qui guette les gens: le facteur d’essoufflement et de découragement. Quand les médias arrêtent de s’y intéresser, les politiciens sont moins présents. Les gens ont l’impression que c’est réglé ou s’y intéressent beaucoup moins. Les sinistrés vont se sentir beaucoup plus isolés», précise-t-il.

Près de 400 maisons ont été inondées sur l’Île de Montréal depuis le début de la crise, il y a près d’un mois.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!