François Lemieux/TC Media L'organisme Les Amis de la santé mentale tenait son assemblée générale annuelle le 15 juin dernier à Dorval

Le seul organisme qui offre des services de soutien aux proches des résidents de l’Ouest-de-l’Île souffrant de problèmes de santé mentale a enregistré une baisse marquée des dons reçus en 2015-2016. Pour son dernier exercice financier, Les Amis de la santé mentale a perdu près de 20 000$ mais assure que cela n’impactera pas son offre de services.

Cette somme représente précisément 24 % moins de dons que pendant l’exercice financier précédent. Qu’à cela ne tienne, cette baisse de 19 293 $ n’inquiète pas la direction, notamment parce que les dons des particuliers et corporations ne représentaient en 2015-2016 que 18 % des revenus de l’organisme qui est venu en aide à 463 personnes au cours de la dernière année.

«La baisse des dons ne m’inquiète pas. Je suis en poste comme directrice générale depuis un an et demi et je trouve qu’on a grandi comme organisation. On est beaucoup plus connus, indique Beverly Hanck. Avec toutes les initiatives qu’on prend, j’imagine qu’on va toujours réussir».

L’ex-trésorier de l’organisation, dont le mandat se terminait le 15 juin, Sam Bakhshalian avance quant à lui que les surplus engrangés par l’organisme au cours des dernières années ont pu influencer à la baisse les dons en 2015-2016.

«Ça fait quelques années qu’on a des surplus. Quand les gens voient qu’un organisme a des surplus fréquemment, ils pensent probablement qu’on a moins besoin d’argent», croit-il.

Les Amis de la santé mentale tire la grande majorité de ses ressources financières de subventions provenant du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île, Centraide, Partage-Action de l’Ouest-de-l’Île et du gouvernement fédéral.

Sur des revenus totaux de 336 959 $ en 2015-2016, un montant de 266 308 $ (79 %) provenait de subventions.

Difficultés
À la Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale (FFAPAMM), on fait le constat qu’il est en ce moment difficile de solliciter l’appui du public.

Hélène Fradet, la directrice générale de la fédération qui chapeaute 39 organismes dont les Amis de la santé mentale au Québec explique qu’il est «toujours difficile pour nous d’aller chercher des sommes d’argent de la communauté. Plusieurs organisations sollicitent la population en même temps et ce n’est pas toujours très simple. Il y a plusieurs causes aussi comme les enfants, les problèmes d’ordre physique, les cancers, etc. Le contexte économique actuel influe aussi là-dessus», croit-elle.

Ayant utilisé les services des Amis de la santé mentale il y a une quinzaine d’années alors que son fils commençait de souffrir de la schizophrénie, le membre du conseil d’administration, Nunzio Venditti avance que l’aide offerte par l’organisme est primordiale.

«En faisant des ateliers, des conférences, ou en consultant les intervenantes, ça nous aide à comprendre un peu ce qui se passe parce qu’on est quand même en détresse quand ça arrive, raconte-t-il. Avec toutes les informations reçues, j’ai pu mieux comprendre ce qui se passait, mieux comprendre la maladie et ce que mon fils vivait et être mieux outillé pour faire face aux difficultés. Savoir sur quoi pousser et quoi laisser aller».

Épidémie
Mme Hanck affirme que les organisations offrant des services aux gens souffrant de maladie mentale ont un besoin criant d’argent.

«La maladie mentale, c’est quasiment une épidémie en ce moment. 20 % des adolescents sont déprimés, dont 17 % de façon majeure. C’est donc très important que nous ayons les moyens d’avancer l’organisation pour aider les gens qui ont quelqu’un qui est malade dans leur entourage», souligne-t-elle.

Parmi les services offerts par l’organisme, notons un nouveau cours visant à venir en aide aux aidants afin d’éviter qu’ils ne deviennent dépressifs.

«Malheureusement, c’est souvent ça qui arrive. Ils deviennent tellement découragés parce qu’ils n’ont pas le support que ça leur prend et eux tombent dans une dépression. C’est ça qu’on essaie d’éviter», opine-t-elle.
Les Amis de la santé mentale célèbre cette année ses 35 ans d’existence.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!