TC Media - Patrick Sicotte Georgette Gaudreau a reçu un toutou à l'effigie du SPVM pour souligner sa participation à la marche «Osez agir» lors de la Foulée des parcs. Elle est accompagnée de la directrice de la Résidence Outremont, Line Vincelli,

La toute première marche contre la maltraitance envers les aînés «Osez agir» d’Outremont a été ouverte par une dame de 106 ans, Georgette Gaudreau.

La doyenne du trajet organisé par le Service de police de Montréal (SPVM) a effectué le 1 km dans son fauteuil, poussé par le commandant du poste de quartier 24, Steve Girard.

Pour son plus grand bonheur, elle a pu admirer les arbres, les plans d’eau et entendre les oiseaux du parc Outremont.

Mme Gaudreau a passé une bonne partie de sa vie à entretenir le jardin de son père. «On avait un grand parterre. On prenait soin des fleurs», se rappelle-t-elle, assise sur sa chaise berçante à la Résidence Outremont.

Un ange gardien

Des mains des agentes Nadine Corbeil et de Nancy Beauchesne, Georgette a reçu, le 22 juin, le toutou Flik, la mascotte du SPVM, pour souligner sa participation à la marche.

Émerveillée par l’ourson vêtu de l’uniforme, Mme Gaudreau l’a serré fort contre elle pendant de longues minutes.

La directrice de la Résidence Outremont, Line Vincelli, l’a même qualifié d’«ange gardien» pour sa pensionnaire, qui a perdu sa sœur Berthe en janvier. Les deux dames avaient habité les 104 dernières années ensemble.

«Je pense à Berthe et je lui parle. J’étais habituée à vivre avec elle», évoque la femme née en novembre 1910 à Saint-Sébastien- d’Iberville, près du lac Champlain.

À peine âgée de cinq ans, Georgette a pris sous son aile sa petite sœur à la mort de leur mère.

Elles ont étudié dans un couvent de Montréal avant de revenir quelques années plus tard dans leur patelin. Georgette y a aidé son père médecin en le conduisant notamment chez ses patients.

Après son décès, les deux inséparables se sont installés sur l’avenue Bernard. Georgette s’est impliquée du côté de l’administration de la Croix-Rouge et a aussi entrepris un brevet d’enseignement en piano, sans jamais le mettre en pratique.

«Je ne me sentais pas pédagogue», dit-elle.

Déménagement

Pendant de nombreuses années, elles ont habité à la Résidence Saint-Dominique du boulevard Saint-Joseph.

Les nouvelles règles exigeant l’évacuation de leurs usagers en huit minutes en cas d’urgence ont obligé les sœurs Gaudreau à déménager dans un CHSLD de Lachine en raison de leur état de santé.

«Elles étaient hyper malheureuses là-bas», se rappelle Mme Vincelli qui les accueillit il y a deux ans après avoir eu un appel de leur médecin.

«Quand je suis arrivé à la résidence, j’étais bien. Je suis en paix ici», mentionne Mme Gaudreau.

Même si sa sœur n’est plus à ses côtés, une jardinière de bulbe fleurira chaque printemps au centre du jardin de la résidence en la mémoire de Berthe, une façon de marquer sa présence.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!