Chantal Rouleau a dévoilé un appui de taille dans le dossier controversé du belvédère du 375e anniversaire de Montréal. L’auteur-compositeur-interprète Richard Seguin, enfant du quartier, a signé une lettre saluant la mise en valeur des berges du St-Laurent et le projet d’amphithéâtre extérieur.

La mairesse Rouleau a exhibé la missive lors du conseil d’arrondissement du 6 septembre, en prenant soin d’en lire quelques passages.

« Je tenais à vous remercier pour avoir eu cette vision tournée vers le bien commun », écrit Richard Seguin, dans sa lettre datée du 1er août, adressée à Chantal Rouleau.

L’artiste, qui a grandi dans l’arrondissement, se souvient des lieux qui ont marqué son enfance, de ses longues heures à gratter une guitare « bon marché », et se réjouit de les redécouvrir aujourd’hui, mis en valeur et aménagés pour l’ensemble des citoyens. « Et que dire du projet d’amphithéâtre extérieur qui aurait comme rideau de scène le fleuve, les étoiles et le bleu du ciel. J’y voyais une toile de Chagall et j’imaginais l’écho des chansons dans la cime des arbres », ajoute Richard Seguin, pour appuyer le projet qui fera l’objet d’un référendum le 2 octobre prochain.

Le projet prévoit l’aménagement d’un belvédère en porte-à-faux sur le fleuve, dans le prolongement du terrain de la Maison du citoyen. L’installation servira notamment de scène commémorative pour le 375e de Montréal.

Certains riverains s’opposent toutefois au projet dans sa forme actuelle, craignant entre autres les nuisances. Au total, 43 citoyens ont signé le registre pour s’opposer à la modification du règlement de zonage adopté par l’arrondissement au printemps dernier, un prérequis pour ériger le belvédère en bordure du fleuve.

La question devra donc être tranchée par voie référendaire.

Le 1er référendum de l’administration Rouleau

La mairesse Chantal Rouleau a fait de ce dossier controversé le premier point de l’ordre du jour du conseil d’arrondissement du 6 septembre « pour transmettre l’information juste ». Alors que l’on attendait les opposants au projet, c’est le camp du « oui », qui s’est largement mobilisé pour appuyer le projet et qui compte bien remporter le référendum, le premier de l’administration Rouleau.

La mairesse souhaite une large participation au scrutin (261 électeurs sont concernés) mais se contentera d’une majorité simple pour aller de l’avant avec le projet.

Le comité du « non », qui a boudé le conseil d’arrondissement, s’apprête à faire campagne contre le projet. « Si la mairesse avait voulu faire de la bonne façon, il fallait faire une consultation publique », assène Maurice Vanier, le porte-parole de l’Association des riverains du Vieux-Pointe-aux-Trembles (ARVPAT).

Par ailleurs, l’ARVPAT a déposé une plainte au ministère des Affaires municipales le 21 juin dernier, car l’association conteste la légalité du règlement définitif de zonage, ce que nie l’administration Rouleau. La plainte est toujours en cours d’analyse.

Si le « non » l’emporte, l’administration Rouleau prévoit quand même d’ériger le belvédère, mais à 10 mètres de la rive, comme l’y autorise le zonage actuel.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!