Charlotte Lopez Les enfants du CPE Tante Michèle se sont joint à Manon Brodeur, directrice du CPE (à gauche) pour remercier Marc Cardinal (à droite) de son aide en lui faisant un dessin.

Le CPE Tante Michèle situé dans Montréal-Est a trouvé un nouveau local, en attendant de s’installer définitivement sur un nouveau terrain. Après avoir reçu un avis d’éviction de la part de la Ville, la directrice Manon Brodeur avait dû chercher un nouvel emplacement.

En effet, le CPE qui occupe depuis 24 ans, et ce jusqu’en décembre, les locaux de l’église Saint-Octave dans Montréal-Est, s’est vu contraint de partir, car l’église a été vendue au Groupe Magma pour le développement d’un projet résidentiel de sept étages de 82 unités de condos.

À la suite de notre article publié cet été dans l’Avenir de l’Est, un citoyen à la retraite, Marc Cardinal, s’est porté au secours du CPE en offrant un nouveau local à Mme Brodeur, situé dans Tétreaultville, au 9 620 rue de Marseille.

«Le CPE vient rejoindre mes valeurs en tant que projet d’organisme à but non lucratif, explique M. Cardinal. C’est une équipe très stable, avec une direction gérée par des gens de cœur.»

M. Cardinal, qui possède le bâtiment depuis plusieurs années, l’a géré pendant 12 ans comme un centre pour la déficience intellectuelle, mais aussi dernièrement comme une résidence pour personnes âgées. Il se dit déçu que ce ne soit qu’un projet à court terme, mais très heureux de pouvoir aider ce CPE.

«On peut être un homme d’affaires, tout comme un homme de cœur», lance-t-il.

Manon Brodeur a tenu à remercier Marc Cardinal d’avoir répondu à son appel: «après la parution de l’article dans l’Avenir de l’Est, on a reçu un seul appel et c’était le sien, le numéro chanceux, confie-t-elle. On serait encore en train de chercher à l’heure actuelle. Il est d’une grande aide, on ne s’attendait pas à autant ; il nous facilite beaucoup les choses, il fait plein de peinture et des rénovations.»

Bien que ce nouveau local ne soit pas aménagé de la même façon, et que des plans d’architecte soient nécessaires pour apporter des modifications au bâtiment, Mme Brodeur est très heureuse de la tournure des évènements.

«Les travaux – qui vont commencer à partir du mois de novembre- vont être minimes. On a un espace à l’extérieur, avec une galerie en arrière, c’est vraiment magique, car ça correspond beaucoup à nos besoins, remarque celle qui a eu un coup de cœur dès la première visite des lieux. On va avoir aussi le rez-de-chaussée et le sous-sol, et l’équipement est déjà aux normes du Ministère de la Famille !»

Ainsi, à compter de janvier 2017, et en attendant environ deux ans que le nouveau CPE ne soit construit en arrière de l’école Saint-Octave dans Montréal-Est- où il y a actuellement les terrains de tennis- les 80 enfants du CPE Tante Michèle seront dans ce nouveau local.

«Les parents comprennent la situation, souligne la directrice. Il y en a qui ont une certaine inquiétude, mais d’autres embarquent avec nous, car nous avons une atmosphère familiale, nous sommes proches des parents et des enfants. Ils ont confiance, ils savent qu’on ne va pas les laisser tomber et qu’on ne va pas arrêter le service.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!