pacophoto.ca Le lancement du livre « Les enfants de Moloch » par le Pointelier Stéphane Desroches a eu lieu le 16 novembre dernier au centre Roussin.
À 44 ans Stéphane Desroches, un passionné d’écriture publie son premier roman « Les enfants de Moloch. » Pourtant, depuis son enfance, ce Pointelier mène une lutte féroce contre l’un de ses pires ennemis pour un écrivain : la dyslexie.

« J’ai eu énormément de difficultés tout au long de ma vie académique en raison de cette maladie, explique l’auteur. Je n’ai pas fini mes études et quand je suis sorti de l’école j’écrivais phonétiquement. Un peu comme un musicien qui ne peut pas lire ses notes, mais qui joue à l’oreille. Ça prend du temps avant d’avoir la note exacte. »

M. Desroches avoue s’être senti complexé une bonne partie de sa vie. Il ne s’est pourtant pas arrêté et a continué de se battre pour son rêve : celui de devenir écrivain.

« J’ai acheté un bescherelle, un dictionnaire et au fur et à mesure que j’ai plongé dans mes études en français, j’ai découvert une passion pour l’écriture, se souvient M. Desroches. J’ai commencé à partager mes textes avec mon entourage et je me suis aperçu que les gens aimaient bien mes histoires. Il ne me restait qu’à améliorer la qualité de la langue. »

L’auteur affirme que c’est grâce aux encouragements de la part de ses amis et de sa famille qu’il a fait des efforts pour se perfectionner davantage.

« Je m’améliore encore, je travaille sur mes textes quotidiennement pour essayer de les parfaire le plus que je peux, dit-il. C’est pour ça que je me suis associé avec un correcteur professionnel qui révise ce que j’écris. Mon apprentissage n’est toujours pas fini. »

C’est pour cette raison entre autres, que M. Desroches qualifie ce premier livre de « manuscrit ».

« Même s’il est déjà publié, je tiens à l’améliorer encore, signale l’écrivain. J’ai décidé de le publier tout de suite pour me faire connaître et me donner un peu de respectabilité, mais je voudrais rajouter des détails et parfaire le tout. »

« Les enfants de Moloch »

Le lancement du livre a eu lieu le 16 novembre dernier, au centre Roussin où une centaine de personnes ont assisté à l’événement. Parmi les gens présents on comptait la députée néodémocrate Ève Péclet.

« Honnêtement, j’ai été un peu dépassé pas les événements. Plus que faire un lancement, je voulais récompenser les miens d’avoir cru en moi, soutient l’auteur. Je suis content des résultats. J’ai réussi à écrire et à me surpasser malgré toutes les difficultés. »

Le roman, qui s’est vendu à près de 80 exemplaires jusqu’à maintenant, plonge les lecteurs dans l’histoire morbide d’une mère porteuse qui découvre qu’elle fait partie d’un réseau de criminels spécialisé dans l’adoption illicite.

« Il s’agit d’un roman à punch qu’il faut lire jusqu’à la fin pour bien saisir l’ensemble de l’histoire, je suis sûr que la plupart des lecteurs vont aimer, » conclut M. Desroches.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus