L’équité territoriale, plus de transparence de la Ville et des retombées positives pour les citoyens, voilà ce qui ressort du rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur les centres de traitement des matières organiques (CTMO), publié le 4 avril. Cette parution fait suite à une série de consultations qui aura attiré plus de 500 personnes.

Initialement, le projet qui fait l’objet de la consultation prévoyait l’implantation de cinq installations de CTMO pour l’ensemble de Montréal. Deux centres de compostage sont prévus dans le secteur nord (St-Michel) et ouest (Dorval). Simultanément, un centre de traitement par biométhanisation, joint à un centre pilote de prétraitement des ordures, sera d’abord installé dans l’Est (Montréal-Est), puis, en 2017, dans le Sud (LaSalle).

L’équité territoriale

Afin que le principe d’équité soit respecté, la commission recommande qu’un inventaire des installations, tant privé que public, de récupération, de valorisation et d’élimination des matières résiduelles domestique, industrielle, commerciale ou autres, soit dressé.

Dans la même optique, l’OCPM recommande que des actions soient prises afin que le développement des CTMO dans chacun des secteurs soit assuré. « La commission recommande [notamment] que le centre de biométhanisation prévu sur le site de Demix [à Montréal-Est] n’entre en fonction qu’après que celui de LaSalle aura atteint sa pleine capacité, à moins que le regroupement avec le centre pilote de prétraitement sur le même site ne soit vu comme un levier économique important pour l’est de Montréal. »

Ce que craint l’OCPM est que le contexte urbain du secteur sud change et rende l’implantation du CTMO impossible; contexte qui, par ailleurs, ne risque pas de changer dans le secteur est.

Rappelons également que la Ville avait omis d’avertir l’OCPM et le public du retrait du site de Dorval en raison du refus catégorique de l’Aéroport de Montréal (ADM) de voir s’implanter ce type de site à proximité. Ce refus avait été signifié à la Ville dès le 9 aout 2011, mais l’OCPM n’en a été informée que le 9 novembre, par ADM.

À ce sujet, la commission a recommandé « qu’un autre site soit identifié et rendu opérationnel dans le secteur ouest, en même temps que les sites prévus dans le Nord et le Sud ».

L’OCPM demande d’ailleurs plus de transparence à la Ville. « La procédure semble aussi transparente qu’elle puisse l’être dans les circonstances. Toutefois, les règles de l’art auraient été mieux servies si les technologies spécifiques avaient été connues. » Les commissaires ont donc recommandé qu’un plan de communication soit mis en place et que soient réalisées des études de risques et de nuisances, une fois la technologie déterminée.

Retombées positives

La commission demande la mise en place de comités de suivis pour assurer le bien-être collectif, et ce, peu importe le mode de gouvernance choisi. « La nécessité de bénéfices tangibles » pour les citoyens est d’ailleurs un autre élément sur lequel insiste l’OCPM en recommandant « l’amélioration de l’environnement autour des installations et l’octroi des avantages […] telle l’utilisation locale du compost et du gaz produit, avant leur mise en marché ».

Afin de réduire les inconvénients liés au transport, l’OCPM recommande la mise en place d’un routage précis des déplacements des camions.

Une autre retombée positive pour l’Est, identifiée par l’OCPM, est le développement d’une grappe industrielle, à laquelle participeraient l’usine de biométhanisation et le centre de prétraitement. Si le développement de ces installations s’avère positif pour l’Est d’un point de vue économique, ces développements devront s’effectuer dans l’ordre prévu. Mais la Ville devra néanmoins procéder à l’acquisition immédiate et à la décontamination du site de LaSalle.

L’un des points les plus nébuleux du projet reste le centre pilote de prétraitement. Cette installation a comme objectif d’étudier le potentiel énergétique des ordures. L’OCPM recommande donc la création d’une chaire de recherche universitaire rattachée à ce centre afin qu’il y ait des retombés positive pour la population de l’est de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!