Google Maps Une trentaine de citoyens et intervenants ont participé à la marche exploratoire organisée par Tandem à la suite de l’agression survenue le 14 juillet à Pointe-aux-Trembles.

À la suite de la violente agression survenue voilà une vingtaine de jours à Pointe-aux-Trembles, une marche exploratoire, organisée par Tandem a dévoilé les éléments qui provoquent un sentiment d’insécurité chez les citoyens du secteur. Les herbes hautes, le manque d’éclairage ainsi que la présence de terrains inoccupés seraient parmi les causes qui effraient les résidents qui circulent dans cette partie du quartier.

La marche qui a eu lieu le 30 juillet, a attiré une trentaine d’intervenants et de citoyens du secteur. Des chiffres jamais vus selon Linda Cyr, conseillère et agente de prévention chez Tandem.

«Normalement lorsque nous organisons ce genre d’événements nous avons une dizaine de citoyens qui nous accompagnent, mais cette fois-ci, c’était assez exceptionnel», dit-elle.

Rappelons que l’incident survenu le 14 juillet dernier, avait causé de nombreuses blessures à la résidente Marie-Claude Palardy qui circulait sur le passage situé à l’angle de la rue Victoria et de la 42e Avenue lorsqu’un individu l’avait brutalement bousculé par terre, sans fournir d’explication.

Tandem qui a recueilli les commentaires de citoyennes lors de la marche en question, procédera à une analyse des données afin d’émettre un bilan et des recommandations aux différents intervenants du milieu, dont l’arrondissement et le poste de quartier 49.

«À première vue, ce que l’on remarque, c’est que le secteur est très sombre pendant la nuit. Les herbes hautes enlèvent également beaucoup de visibilité et peuvent créer des cachettes pour les individus malveillants», indique Mme Cyr.

L’organisme reste toutefois prudent quant aux possibles recommandations à donner aux intervenants du secteur.

«Nous devons faire le bilan de l’événement avant d’émettre des recommandations, mais il s’agirait grosso modo de dégager le secteur pour que le sentier soit plus visible, de mieux l’éclairer et dans un monde idéal, de l’aménager», indique pour sa part la directrice de Tandem RDP/PAT, Johanne Daigle.

En attente du bilan
Du côté de l’arrondissement, on indique que des démarches seront faites auprès du département d’urbanisme afin de trouver des solutions.

«Nous savons déjà qu’il faut corriger une problématique avec un lampadaire du secteur qui semble être défectueux. Après, nous devons déterminer si l’un des terrains sur les lieux nous appartient afin de l’entretenir et peut-être l’aménager.»

Denis Carignan, commandant du poste de quartier 49, indique de son côté qu’il est à l’attente des recommandations de Tandem.

«Nous avons déjà une présence policière plus accrue dans le secteur, ainsi que des patrouilles de cadets dirigées. Le jour de la marche nous étions également sur les lieux afin d’écouter les commentaires des gens», conclut-il.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!