Amélie Gamache L’ancien organisateur des festivités de la Fête nationale à Pointe-aux-Trembles désirait former un nouveau parti, mais n’a pu compléter ses démarches à temps pour l’élection du 16 décembre 2018.

L’ancien conseiller municipal Marius Minier tente un retour en politique en se présentant comme candidat indépendant à la mairie de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Issu du monde syndical, M. Minier faisait partie de la première cohorte d’élus sous la bannière du Rassemblement des citoyens de Montréal, en 1974, un parti né du désir de s’opposer à la «démocratie autocratique» alors pratiquée par Jean Drapeau.

Défait en 1998, l’opérateur retourne travailler en usine, avant d’être repêché vingt ans plus tard par Pierre Bourque et d’être élu comme conseiller de ville pour Vision Montréal à Pointe-aux-Trembles en 1998. Il y sera réélu en 2001, avant d’être défait par Cosmo Maciocia dans la course à la mairie de l’arrondissement en 2005.

Résidant depuis une trentaine d’années à Pointe-aux-Trembles, celui qui est aussi musicien à ses heures mise sur son expérience pour convaincre les électeurs. «J’ai été membre de conseil régional des élus, président du comité d’urbanisme à l’arrondissement, siégé au comité de la réorganisation municipale, et bien d’autres. Je connais la ville sur le bout de mes doigts», affirme-t-il.

Sa candidature est motivée par l’urgence d’agir pour le bien de l’environnement. Amélioration de la qualité de l’air et du service de transport en commun sont parmi ses principaux chevaux de bataille. «Il faut oser avancer des idées qui peuvent sembler farfelues, lance-t-il. Lundis gratuits en transport en commun pour les travailleurs de l’arrondissement, monorail sur l’emprise de l’ancienne voie ferrée, bus navette sur les ponts vers Repentigny, nouvelles stations de métro sur la ligne verte, je veux étudier la faisabilité de tels projets. »

Minier affirme également se présenter pour remettre du dynamisme dans une administration municipale qui en a bien besoin, selon lui.

«Je sais que plein de monde ne font rien, il va falloir que ça bouge, s’exclame-t-il. Il faut être capable de parler fort, de se faire écouter. Quand on fait face à des compétences comme celles qu’il y a dans la fonction publique, des gens savants, il faut se battre pour gagner nos points. Et je suis capable.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!