Les réseaux sociaux se sont échauffés à la suite de l’annonce des résultats des élections générales le 4 septembre. La « twittosphère » a rapidement délaissé la victoire du Parti québécois comme principal sujet de discussion au profit de l’attentat meurtrier perpétré à la salle de spectacle du Métropolis. Manifestement, au milieu de tout ce brouhaha, la circonscription de LaFontaine a eu très peu d’échos, alors que Marc Tanguay a été reconduit dans ses fonctions de député.

La journaliste au journal The Gazette Monique Beaudin (@moniquebeaudin) a publié sur Twitter, en anglais, que les « libéraux Marc Tanguay [LaFontaine], Lise Thériault [Anjou-Louis-Riel] et Rita de Santis [Bourassa-Sauvé] sont tous sur la voie d’être élus dans la Pointe de l’île ».

Au même moment, Jennifer Crane (@jenccrane), qui travaille pour le Parti libéral du Canada, a écrit en anglais « bon effort pour faire sortir le vote @LiberalQuebec @marc_tanguay dans #LaFontaine – trilingue : français, anglais, italien. Grande atmosphère et bonne nourriture! ».

D’autres ont tenu à féliciter M. Tanguay pour sa victoire, dont Vicky Marois (@agathabijou) et Stéphane Allard (@SAllard09).

À l’image de cette faible dynamique le soir des élections,  peu de « tweets » ont été produits au sujet de l’élection dans LaFontaine dans les jours précédents. Notons toutefois qu’une certaine Béatrice Lapaix (@beadesm) a demandé, le 29 août, à « @PierreMoreauPLQ Ou est donc le candidat dnas (sic) Lafontaine Marc Tanguay on en entends (sic) pas parler, pourtant il est dans mon comte ».

Peu ou pas de commentaires ont été émis sur Twitter à propos des candidats défaits dans LaFontaine. Par contre, des commentaires à l’éthique douteuse ont pu être observés durant la soirée.

Menaces contre Pauline Marois

Des menaces et des propos haineux ont été adressés à la nouvelle première ministre Pauline Marois sur les réseaux sociaux, ce qui a renforcé sa protection après l’attentat perpétré au Métropolis. Une ou des personnes animant un compte au nom de RDP Italians (@RDP_Italians), et se présentant comme résident(s) de Rivière-des-Prairies, ont contribué au fiel ambiant.

« Levez votre cul et allez voter pour que cette cr… de truie ne gagne pas!!!!! PROTÉGEZ LA LANGUE ANGLAISE!!! », est-il écrit en anglais.

Ces insultes sont accompagnées, dans un autre « tweet » en anglais, d’une incitation à la violence à l’encontre de la première ministre désignée.

« Cette figlia di puttana [fille de pute] a gagné l’élection. Je la défie de mettre le pied à RDP… pendez cette plotte en public comme Jeanne d’Arc. »

Il est difficile de déterminer si ces proférations peuvent entraîner des poursuites criminelles. « Oui, c’est limite, peut-être », répond le sergent Bruno Beaulieu de la Sûreté du Québec (SQ) lorsque questionné à ce sujet. La SQ est responsable des enquêtes qui mettent en jeu la sécurité du chef de gouvernement.

Le mieux, croit-il, est de rapporter ce genre de propos à la Centrale de l’information criminelle (CIC). « Il pourrait y avoir des poursuites et des accusations criminelles qui vont suivre, ça c’est sûr », ajoute-il, si une analyse de la CIC débouche sur cette nécessité.

Après qu’un « tweet » de notre part eut été envoyé à RDP Italians le ou les questionnant à propos de ses ou de leurs intentions, le compte nous a été bloqué.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!