Emmanuel Delacour Près de vingt-cinq ans après sa création, Diane Cormier poursuit sa mission pédagogique au sein du Théâtre Parenthèse.

Dissimulée dans un immeuble industriel situé à la frontière du Plateau et de Rosemont, un petit théâtre «de poche» célébrera bientôt vingt-cinq années de création et de formation.

Le Théâtre Parenthèse, c’est tout d’abord une initiative de Diane Cormier, directrice artistique et cofondatrice des lieux. C’est en 2000 que celle-ci choisit d’installer son école d’art dramatique fondée six années plus tôt dans l’immeuble sis au 2177, rue Masson.

Si de l’extérieur de l’édifice occupé par de nombreux artisans il n’en paraît rien, dès que l’on franchit le seuil de la salle de spectacle pouvant accueillir soixante personnes, on se trouve transporté dans un autre monde.

«Les gens sont souvent étonnés de savoir qu’on existe à cet endroit. Même les autres locataires sont surpris de nous découvrir en passant devant notre porte», affirme Mme Cormier.

Il s’agit d’un secret bien gardé certes, mais le Théâtre Parenthèse n’en reste pas moins un lieu pédagogique pour des douzaines d’amateurs, qui chaque année entreprennent leurs premiers pas dans l’univers de la scène.

«Au début, on se trouvait dans un secteur encore très ouvrier. J’ai eu des élèves qui venaient de tous les milieux, des travailleurs d’usine, des coiffeuses, des avocats. On est une école de théâtre pour les adultes, de 20, 30 ou 40 ans. J’ai même eu une dame de 80 ans qui a complété ses classes. Plein de gens viennent ici pour une première expérience et ils se découvrent une véritable passion», souligne la directrice artistique.

Avec une formation de quatre ans, ceux qui s’élancent sur les planches pendant leurs ateliers de soirs hebdomadaires ressortiront des lieux avec des connaissances de base à propos de la scène.

Toutefois, Mme Cormier tient ses élèves aux plus hauts standards. «Ce n’est pas parce que ce sont des amateurs qu’il s’agit de théâtre «amateur». Ils sont bourrés de talent», insiste cette dernière.

Il est possible de le constater soi-même en allant assister aux lectures vivantes organisées dans le cadre des ateliers, lors desquels les apprentis dramaturges récitent de célèbres pièces comme Douze hommes en colère, ou Tartuffe.

Des pièces jouées par des acteurs professionnels sont aussi au programme en 2019, dont une œuvre québécoise intitulée Les Porteurs d’eau. De plus, Mme Cormier présentera une de ses créations en mai prochain, Le Rang d’Bagot.

Théâtre Parenthèse,
2177, rue Masson, porte 311,
(514) 725-1001

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!